“Le Jardin arc-en-ciel” d’Ito Ogawa: une famille pas comme les autres

0
252

AprĂšs “Le restaurant de l’amour retrouvĂ©”, best-seller au Japon, Ogawa Ito signe une fable aussi lumineuse que poĂ©tique sur le droit Ă  la diffĂ©rence.

Ceux qui peuvent se prĂ©valoir de vivre en concubinage dans l’insouciance, ce sont les hĂ©tĂ©rosexuels. Ils n’ont qu’un papier Ă  fournir pour se marier si ça leur chante(…). Mais pour les homosexuels, la rĂ©alitĂ© est plus dure. La forme, celle de l’union libre est la mĂȘme, mais entre pouvoir se marier si on le souhaite et ne pas en avoir les moyens mĂȘme si on le veut, c’est le jour et la nuit.

Telle est l’expĂ©rience que vont faire malgrĂ© elles Izumi, jeune femme fraĂźchement divorcĂ©e, et Chiyoko lycĂ©enne en classe de terminale. Ni l’une ni l’autre n’imaginait tomber un jour amoureuse d’une femme. Et pourtant. Le coup de foudre aura lieu sur le quai d’une gare. Chiyoko a choisi cet endroit pour mettre fin Ă  ses jours quand un petit garçon lui prend soudain la main, inversant sans le savoir le cours de choses. Lui c’est SosĂ»ke, le fils d’Izumi. Il a six ans et ignore alors qu’il aura bientĂŽt deux mamans et une petite soeur conçue avant la rencontre des deux femmes.
Si l’histoire du Jardin arc-en-ciel n’est pas banale, sa structure narrative l’est encore moins. La romanciĂšre japonaise a en effet choisi de raconter le destin de cette famille pas comme les autres selon les diffĂ©rents points de vue de ceux qui la constituent. Ainsi Izumi, son fils SosĂ»ke, mais aussi Chiyoko et sa fille Takara content-ils chacun Ă  leur maniĂšre leur destin peu ordinaire. De ces tĂ©moignages ressort nĂ©anmoins la difficultĂ© de vivre son homosexualitĂ© au pays du Soleil Levant. “Si on ne dit pas qu’il existe des gens comme nous, rien ne changera jamais. On est noyĂ©e dans la majoritĂ©. Pour se faire entendre, il faut parler fort.” affirme Chiyoko. Ogawa Ito, elle, a choisi la maniĂšre douce. Loin d’ĂȘtre un plaidoyer vibrant en faveur de l’homosexualitĂ©, Le jardin arc en ciel est une fable sur la tolĂ©rance et l’acceptation. Les fleurs “ont beau trouver la teinte de la fleur voisine plus jolie, et l’envier, elles ne peuvent pas modifier Ă  leur guise la couleur qui leur a Ă©tĂ© dĂ©volue. Alors ils ne leur reste plus qu’Ă  vivre avec cette couleur de toutes leurs forces“. C’est ce que vont s’employer Ă  faire les deux hĂ©roĂŻnes de cette famille atypique dans laquelle les liens du coeur ne doivent rien Ă  ceux du sang.

Le jardin Arc-en-ciel – Ito – Ito OGAWA – Editions Philippe Picquier – 304 pages
(tarduction: Myriam Dartois-Ako)
Lire un extrait

Les lectures d’Alexandra

La critique Littéraire desmotsdeminuit.fr