📚 “Jour de courage” de Brigitte Giraud : Jamais sans un livre Ă  la rentrĂ©e ! Les conseils de lecture “Des mots de minuit”

Rentrée littéraire 2019
0
781

Vagabonder: c’est la proposition de “un mot, un jour”. Au fil de nos lectures, de nos entendus, de nos images. De ce qui nous aide Ă  rire, Ă  penser ou Ă  rĂ©flĂ©chir aux airs du temps ou aux retours de la mĂ©moire. A contre marchĂ©, Ă  contre performance, entre les chicanes de l’algorithme, une gratuité  Quelques citations et autant de conseils de lecture

 

© Ph. L

“Lors d’un exposĂ© en cours d’histoire sur les premiers autodafĂ©s nazis, Livio, 17 ans, retrace l’incroyable parcours de Magnus Hirschfeld, ce mĂ©decin juif-allemand qui lutta pour l’égalitĂ© hommes-femmes et les droits des homosexuels dĂšs le dĂ©but du XXe siĂšcle. Homosexuel, c’est prĂ©cisĂ©ment le mot que n’arrive pas Ă  prononcer Livio : ni devant son amie Camille, dont il voit bien qu’elle est amoureuse de lui, ni devant ses parents. Magnus Hirschfeld pourrait-il parler pour lui ? Sous le regard interdit des Ă©lĂšves de sa classe, Livio accomplit alors ce qui ressemble Ă  un coming-out. Deux histoires se mĂȘlent et se rĂ©pondent pour raconter ce qu’est le courage, celui d’un jeune homme prĂȘt Ă  se livrer, quitte Ă  prendre feu, et celui d’un mĂ©decin qui rĂ©siste jusqu’à ce que sa bibliothĂšque de recherche soit brĂ»lĂ©e vive. À un siĂšcle de distance, est-il possible que Magnus Hirschfeld et Livio se heurtent Ă  la mĂȘme condamnation?”
© Flammarion

Brigitte Giraud est nĂ©e Ă  Sidi-Bel-AbbĂšs. Elle est l’auteure de nombreux romans traduits dans une douzaine de langues et largement rĂ©compensĂ©s, tels que À prĂ©sent (2001), L’amour est trĂšs surestimĂ© (2007), Une annĂ©e Ă©trangĂšre (2009) et l’avant dernier Un loup pour l’homme (2017).

 

© Françoise Saur

“Pamina, habite en montagne avec son compagnon Nils. Elle se sait entourĂ©e par un clan de cerfs qui lui sont restĂ©s invisibles et mystĂ©rieux jusqu’à ce que LĂ©o, un photographe animalier, construise dans les parages une cabane d’affĂ»t et qu’il lui propose de guetter avec lui. Tandis qu’elle observe et s’initie Ă  la vie du clan, affrontant la neige, le givre, la grĂȘle, avec pour Ă©quipement un filet de camouflage, une paire de jumelles et des carnets, elle raconte sa peur de la nuit, les futaies sous la lune, la magie de l’inconnu, le plaisir infini Ă  guetter, incognito, l’apparition des cerfs, Ă  les observer, Ă  les distinguer et Ă  les nommer  : Apollon, GĂ©ronimo, Merlin… Mais au cours de ces sĂ©ances de guet, elle va dĂ©couvrir un monde plus cruel que celui du rĂšgne animal, celui des hommes, car un massacre se fomente

Un roman qui se lit comme un thriller, plein de poĂ©sie, de chagrin et de colĂšre, sur la disparition de la beautĂ© dans la nature et les ravages que l’homme y opĂšre.”

© Grasset

Claudie Hunzinger est nĂ©e en 1940. La nature est trĂšs prĂ©sente dans son double parcours d’artiste et d’écrivain.

 

© Ph. L

Au mitan de la Seconde Guerre mondiale, auprĂšs du lac autrichien de Mondsee, le jeune soldat viennois Veit Kolbe goĂ»te quelques mois de convalescence. Au cƓur de ce paysage alpin qui ferait presque oublier les combats, et grĂące Ă  l’amitiĂ© qu’il tisse avec sa voisine Margot, les forces lui reviennent. 
Mais la menace rĂŽde comme une ombre et peut s’abattre de la façon la moins attendue. Dans le camp pour jeunes filles Ă©vacuĂ©es installĂ© au bord du lac, une adolescente disparaĂźt soudainement, mettant la petite communautĂ© en Ă©moi, tandis que les Ă©chos de la guerre, qui paraissaient pourtant lointains, se font plus rĂ©guliers et inquiĂ©tants. 
Tissant ensemble les voix de personnages complexes et attachants auxquels il est difficile de ne pas s’identifier, Arno Geiger nous rĂ©vĂšle leur quotidien Ă  mesure que la dĂ©faite approche. Roman Ă  la fois sensible et Ă©pique, intimiste et historique, Le grand royaume des ombres brosse subtilement le vaste portrait d’une sociĂ©tĂ© sur le point de vaciller et nous montre comment la vie, mĂȘme dans les moments les plus terribles, peut laisser Ă©clore une forme de douceur.
” Trad. de l’allemand (Autriche) par Olivier Le Lay
© Gallimard

NĂ© en 1968, Arno Geiger vit Ă  Vienne. Tout va bien (2008) a reçu le Prix du meilleur roman en Allemagne, et son rĂ©cit Le vieux roi en son exil (2012) a battu tous les records de vente dans les pays germaniques. Il est traduit en 27 langues, ce qui fait de lui l’un des auteurs germanophones les plus lus dans le monde.

 

“Il Ă©tait temps de devenir propriĂ©taires. Soucieux de notre empreinte environnementale, nous voulions une construction peu Ă©nergivore, bĂątie en matĂ©riaux durables. Aux confins de la ville se tramaient des Ă©coquartiers. Notre choix s’est portĂ© sur une petite commune en plein essor. Nous Ă©tions sĂ»rs de rĂ©aliser un bon investissement.
Plusieurs mois avant de dĂ©mĂ©nager, nous avons mesurĂ© nos meubles, dĂ©coupĂ© des bouts de papier pour les reprĂ©senter Ă  l’Ă©chelle. Sur la table de la cuisine, nous dĂ©roulions les plans des architectes, et nous jouions Ă  dĂ©placer la bibliothĂšque, le canapĂ©, Ă  la recherche des emplacements les plus astucieux. Nous Ă©tions impatients de vivre enfin chez nous.
Et peut-ĂȘtre aurions-nous rĂ©alisĂ© notre rĂȘve si, une semaine aprĂšs notre installation, les Lecoq n’avaient emmĂ©nagĂ© de l’autre cĂŽtĂ© du mur.”

© Les Éditions de minuit

Julia Deck est nĂ©e en 1974 Ă  Paris. Ses prĂ©cĂ©dents livres aux Éditions de Minuit : Viviane Elisabeth Fauville (2012), Le Triangle d’hiver (2014), Sigma (2017)

 

© Ph. L

Si le capitalisme sous ses formes actuelles condamne la plupart des gens Ă  l’Ă©chec, s’est vite convaincu Franck, ce n’est pas parce qu’il est dur – il l’est moins bien qu’il y a un siĂšcle -, mais parce que les gens se sont ramollis et ne sont plus habituĂ©s Ă  se battre. Le mieux c’est de faire comme si tu Ă©tais virĂ© chaque vendredi soir, et que le lundi suivant tu commençais un nouveau job : tu ne t’enfonces pas dans la routine, tu regardes tout d’un Ɠil neuf, tu te dis que tout, si nĂ©cessaire, pourrait ĂȘtre diffĂ©rent.

Vincent Message. Cora dans la spirale. 2019.

“AprĂšs avoir donnĂ© naissance Ă  une petite fille, Cora Salme reprend son travail chez BorĂ©lia. La compagnie d’assurances vient de quitter les mains de ses fondateurs, rachetĂ©e par un groupe qui promet de la moderniser. Cora aurait aimĂ© devenir photographe. Faute d’avoir percĂ©, elle occupe dĂ©sormais un poste en marketing qui lui semble un bon compromis pour construire une famille et se projeter dans l’avenir. C’est sans compter qu’en 2010, la crise dont les mĂ©dias s’inquiĂštent depuis deux ans rattrape brutalement l’entreprise. Quand les couloirs se mettent Ă  bruire des mots de restructuration et d’optimisation, tout pour elle commence Ă  se dĂ©traquer, dans son travail comme dans le couple qu’elle forme avec Pierre. Prise dans la pĂ©nombre du mĂ©tro, pressant le pas dans les gares, dĂ©rivant avec les nuages qui filent devant les fenĂȘtres de son bureau Ă  La DĂ©fense, Cora se demande quel rĂ©pit le quotidien lui laisse pour ne pas perdre le contact avec ses rĂȘves.”
À travers le portrait d’une femme prĂȘte Ă  multiplier les risques pour se sentir vivante, Vincent Message scrute les mĂ©tamorphoses du capitalisme contemporain, dans un roman tour Ă  tour rĂ©aliste et poĂ©tique, qui affirme aussi toute la force de notre dĂ©sir de libertĂ©.

QuatriÚme de couverture. © Seuil, 2019.

Vincent Message est nĂ© en 1983. Cora dans la spirale est son troisiĂšme roman, aprĂšs Les Veilleurs (Seuil, 2009) et DĂ©faite des maĂźtres et possesseurs (Seuil, 2016).

â–ș la critique littĂ©raire desmotsdeminuit.fr
â–ș les lectures d’Alexandra
â–ș Un mot, un jour

â–ș desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș la page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.

â–ș @desmotsdeminuit