Le comédien Michel Degand: le rire de ma mère…

0
1349
© Hervé Bacquer

De New-York à Paris, en passant par bien d’autres lieux. J’ai découvert des gens, et des objets magiques qui, dans de minuscules éraflures, conservent les marques du temps. J’ai réalisé les portraits de ceux qui protègent ces empreintes de la disparition. Avec une image de l’objet ayant appartenu à un proche qui n’est plus, j’ai préservé la mémoire de l’oubli. J’ai réveillé la belle endormie. Hervé Bacquer, photographe.

© Hervé Bacquer

Pourquoi une paire de jumelles? Quel rapport entre une paire de jumelles et ma mère… Ce sont des jumelles de théâtre d’une soixantaine d’années. Combien de spectacles ont-elles vu, si elles pouvaient nous raconter!  
Un soir, j’accompagnais ma mère au théâtre de la Gaieté Montparnasse où un ami comédien m’avait invité, moi- même faisant partie de cette famille des saltimbanques, expression venant de l’italien qui veut dire “sauté sur l’estrade”.
C’était une pièce avec Michel Galabru.
Un effet comique déclencha un rire général dans la salle qui provoqua chez ma mère un fou rire qu’elle ne pût maîtriser et qui eut pour conséquence de gagner tout le balcon puis l’orchestre pour finir sur la scène où les comédiens, pris également de fou rire, ne pouvaient plus jouer. On baissa le rideau, le temps de reprendre ses esprits.
Je découvris ce jour-là, ce que c’était qu’un rire communicatif.  
Lorsque je regarde ces jumelles, il me revient en mémoire le rire de maman que j’aimerais bien entendre encore.

Michel Degand – période de déconfinement – Paris 75003
© Hervé Bacquer

© “Le Laboratoire de Lumière” – 2020

► Mémoire d’objets, la collection

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit