đŸ“· Le peintre Mario Gurfein: j’ai commencĂ© Ă  comprendre l’Ă©lĂ©gance…

0
458

De New-York Ă  Paris, en passant par bien d’autres lieux. J’ai dĂ©couvert des gens, et des objets magiques qui, dans de minuscules Ă©raflures, conservent les marques du temps. J’ai rĂ©alisĂ© les portraits de ceux qui protĂšgent ces empreintes de la disparition. Avec une image de l’objet ayant appartenu Ă  un proche qui n’est plus, j’ai prĂ©servĂ© la mĂ©moire de l’oubli. J’ai rĂ©veillĂ© la belle endormie. HervĂ© Bacquer, photographe.

© Hervé Bacquer

Mon pĂšre portait des cravates en laine le matin, en hiver.
Veste sport, pantalon de flanelle ou gabardine et… cravate en laine.
Je les ai gardées et, parfois, portées.
J’ai commencĂ© Ă  comprendre l’Ă©lĂ©gance de mon pĂšre vers la cinquantaine. Trente ans aprĂšs sa mort.

Mario Gurfein – octobre 2019 – Paris 75013
© Hervé Bacquer

© â€œLe Laboratoire de LumiĂšre” – 2019

â–ș MĂ©moire d’objets, la collection

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–șLa page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș@desmotsdeminuit