Emmanuelle C.: la médaille d’un engagement. Mémoire photographique 📷

0
763
© Hervé Bacquer
© Hervé Bacquer

Sortie de la messe à Vire. Devant le cercueil de mon parrain, ses compagnons d’armes lui rendent les honneurs, visages fermés, drapeaux croisés. L’un d’eux porte un coussin sur lequel est épinglée la médaille de Jean-Paul.
Ses souvenirs de guerre, il les emporte avec lui.
A vingt-huit ans, Jean-Paul fut rappelé pour la guerre d’Algérie au cours de l’année 1961. Il quittait sa jeune épouse et ses deux fils en bas âge.
Mon parrain n’était que stoïcisme et facéties. Leur maison du Vieux-Ménard, à lui et sa femme Janie, un havre pour les copains, les enfants, les neveux, les frères et sœurs.
L’acmé de nos fêtes de famille: les disputes homériques entre Jean-Paul et son beau-frère algérien, les rancœurs toujours à fleur de peau rythmant ces soirées arrosées.
Au Vieux-Ménard. Ma tante Janie me regarde bien en face:
– J’ai longuement réfléchi à ce que je te donnerais en souvenir de ton parrain.
Un silence.
– Je connais on ne peut mieux tes opinions politiques. Mais je connais aussi ton tempérament. Voilà, il y tenait comme à la prunelle de ses yeux.
Et elle me  remet sa médaille d’Afrique du Nord.
A mon parrain dont la jeunesse fut traversée par la guerre, je pense, et je dis combien je sais la chance d’une vie en temps de paix. De mon parrain, je conserve la médaille, récompense d’un engagement qu’il n’avait pas choisi mais auquel il n’a pas failli.

Emmanuelle C. – décembre 2019 – Paris 75005
© Hervé Bacquer

© “Le Laboratoire de Lumière” – 2020

► Mémoire d’objets, la collection

 Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit