🏝 La semaine noire de Robin en son üle. #16

0
337
R&Z

DĂ©jĂ  trop habituĂ© Ă  la douceur de sa nouvelle vie, Robin se fait presque mettre k.o cette semaine par une avalanche de galĂšres et une pincĂ©e de dĂ©sillusion. 

Quand tout va mal
 

Semaine noire j’ai mal au dos.
Semaine noire oh mon bateau.
Semaine noire j’ai plus les mots.
Semaine noire tout tombe Ă  l’eau. 
Quand tout va mal, quand tout dĂ©conne, le ciel s’embrume et je m’Ă©tonne. 

Tout tombe Ă  l’eau.  ©R&Z

Surprise, surprises

Il nous aura finalement fallu peu de temps, Ă  ZoĂ© et moi, pour nous habituer Ă  la douceur de notre nouvelle vie. On l’a dit et rĂ©pĂ©tĂ©, mais notre quĂȘte commune d’indĂ©pendance et de paix se concrĂ©tise ici, pour l’instant, de la plus belle des maniĂšres. Le temps passe tantĂŽt vite tantĂŽt lentement mais chaque jour c’est avec beaucoup de joie et d’amour que nos journĂ©es commencent, se passent et se terminent. Sans cesse affairĂ©s Ă  finir un chantier ou Ă  en commencer un autre, pour rendre cette Ăźle plus belle qu’elle ne l’est dĂ©jĂ  ou simplement pour prĂ©parer la venue des propriĂ©taires, on n’oublie cependant jamais d’admirer, de prendre notre temps et de savourer l’absence de rĂ©veil, de deadline, de surveillance et de contraintes. Pourtant, des contraintes, il y en a beaucoup ici. Et si l’on a tendance Ă  les oublier ou Ă  les minimiser quand tout va bien, quand tout va mal, on s’Ă©tonne de tout Ă  coup les voir rĂ©apparaitre en masse. Grave erreur! 

R&Z

Résilience et crustacés

Avant notre arrivĂ©e ici, je crois que le mot que l’on a le plus prononcĂ© ZoĂ© et moi c’est celui d’«adversité». AdversitĂ© par-ci, adversitĂ© par-lĂ … 0n savait que cette aventure n’allait pas ĂȘtre simple tous les jours et que nombre de choses allaient nous rĂ©sister. En repensant Ă  ça, j’ai donc forcĂ©ment honte de tant laisser aller mes nerfs quand tout va mal, de me laisser noyer et de si peu relativiser. 
Prendre les Ă©vĂ©nements comme ils viennent, c’est-Ă -dire comme des Ă©preuves Ă  traverser qui ne nous rendront que plus autonomes, plus dĂ©brouillards et plus avertis, est la seule posture qui vaille face aux galĂšres qui s’accumulent ici. Je ne me transformerai pas en mĂ©canicien d’ici demain, pas en plombier d’ici lundi. Je ne comprendrai peut-ĂȘtre mĂȘme jamais parfaitement certaines des subtilitĂ©s techniques qui rĂ©gissent notre quotidien, dans notre maison ou Ă  l’extĂ©rieur. Par contre, je peux tenter de m’en approcher. De mettre de cĂŽtĂ© mon sens trop aiguisĂ© du drame et de rĂ©gler, comme je peux, calmement, les problĂšmes un Ă  un. Au moment oĂč j’Ă©cris ces lignes, c’est dĂ©jĂ  ce qui est en train de se passer. Mais Des mots de minuit sera cette semaine un espace de choix pour graver dans le marbre virtuel certains prĂ©ceptes de base Ă  ne jamais oublier. Quand, Ă  la prochaine panne ou au prochain incident de taille, je me sentirai prendre la voie de la colĂšre et du dĂ©couragement, je repenserai Ă  ce feuilleton, Ă  ces lignes, et je tenterai d’un peu moins me comporter comme un couillon. 

 â–ș Deux dans l’üle: l’intĂ©grale

â–ș nous Ă©crire: desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș la page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit