Anne-France L’H.: la dextérité de l’aïeule…

0
237
© Hervé Bacquer

De New-York à Paris, en passant par bien d’autres lieux. J’ai découvert des gens, et des objets magiques qui, dans de minuscules éraflures, conservent les marques du temps. J’ai réalisé les portraits de ceux qui protègent ces empreintes de la disparition. Avec une image de l’objet ayant appartenu à un proche qui n’est plus, j’ai préservé la mémoire de l’oubli. J’ai réveillé la belle endormie. Hervé Bacquer, photographe.

© Hervé Bacquer

Quelques semaines avant la naissance de mon fils, ma mère et moi remontons de la cave familiale les cartons de vêtements étiquetés “bébé 0-3 mois”. Entreposés là depuis le début des années 90, ils attendent d’être portés par une nouvelle génération d’enfants. J’y trouve de minuscules salopettes aux boutons lapins, les chaussons de naissance portés par les neuf cousins, des chemisiers impossibles à enfiler, et un petit gilet bleu et gris en coton.
Tricoté en point risotto, un lien en ferme le col. Pas très chaud, pas vraiment joli, avec ses couleurs pastel un peu passées. Mais je le prends, parce qu’il a été fait par mon arrière grand-mère pour son fils, porté ensuite par mon oncle et ses sœurs, des cousins et moi-même, et enfin mon propre fils. Cette petite chose en coton a traversé vaillamment quatre générations de renvois, de larmes, de lavages répétés, sans bouger d’une maille. Bravo l’aïeule, dont la dextérité n’était pourtant pas la plus grande qualité.
Emotion de découvrir que fonder une famille, c’est aussi hériter la mémoire de la sienne.

Anne France
© Hervé Bacquer

© “Le Laboratoire de Lumière” – 2020

► Mémoire d’objets, la collection

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit