“On est des taupes!” dit-elle avec le sourire. Allusion à la pénombre des salles où pratiquent les radiologues. Son témoignage, lui, est lumineux.

Brillante élève du secondaire, Anne-Laure Muller, imagine d’abord faire de l’histoire, un grand intérêt rencontré au travers de l’étude du latin et du grec jusqu’au bac. Elle envisage aussi l’ingénierie aéronautique, elle avait sans doute aussi des qualités pour ce secteur très pointu. Elle opte finalement pour médecine, c’est le côté social de la discipline qui emporte sa décision.

J’ai fait médecine pour prendre en charge des gens, pas des organes ou des maladies!

C’est en effet le rapport au patient qui l’intéresse le plus dans la pratique de son métier. Pas toujours facile pour autant pour une radiologue souvent cachée derrière son pupitre et ses écrans. Elle s’astreint pourtant à un contact direct avec chacun de ses patients, surtout, c’est le moins facile, quand les résultats d’un examen ne comportent pas que de bonnes nouvelles.
Un témoignage plein de vie et d’enthousiasme qui n’élude pas pour autant les difficultés qu’elle rencontre et qu’elle a rencontrées depuis 5 années de pratique, et pendant les 11 ans qu’ont duré ses études.
Tous les Tripalium► desmotsdeminuit@francetv.fr

 

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit