Il se dit que David Lynch ne tournera plus de films. Ce serait dommage mais il est vrai qu’avec Inland Empire (2006) il avait génialement atteint une sorte de frontière finale du genre cinématographique qu’il a exploré jusqu’à l’os. Mais sa créativité n’a pas de limites. La musique et son blues industriel angoissant, les arts plastiques (expo à la Fondation Cartier en 2007), le design, la photo. Notamment. Toutes variations toujours marquées de la patte de ce sorcier qui brouille les pistes en mélangeant le quotidien avec l’imaginaire.

Nouvelle illustration à la MEP qui expose une quarantaine de ses photographies. Avec une idée, géniale, forcément géniale!

DL01

Petites histoires

DL04
DL05 David Lynch © Richard Dumas

Prenez une photo, n’importe laquelle, dans la vitrine d’un photographe de mariage, dans l’album d’une famille inconnue, oubliée dans un meuble brocanté, vous ne connaissez pas ceux qui étaient devant l’objectif et pourtant vous pouvez immédiatement vous imaginer une small story,la petite histoire qu’elle vous suggère. Lynch dit: “Il est quasiment impossible de ne pas voir une sorte d’histoire émerger d’une image fixe. Et ça, je trouve que c’est un phénomène magnifique.


Lynch, qui est un adepte de la méditation transcendantale, a bien raison. Mais, il biaise(normal…) avec les compositions photographiques qu’il propose, elles ne sont pas anodines, communes, quotidiennes. Ses petits et grands arrangements avec le réel nous projettent dans un univers autrefois  sillonné par les surréalistes.

Ce sont à de grands voyages acides que nous invitent ses petites histoires.
 

David Lynch – Small stories

Paris – Maison Européenne de la Photo

jusqu’au 16 mars 2014

photos © D. Lynch

Portrait de D. Lynch © Richard Dumas