Atiq Rahimi et Arielle: l’épuisement des pays et des corps #34

0
115

“Les morts sont plus heureux que les vivants”, “la guerre leur a volé leurs larmes” dit à cette époque, en juin 2000, Atiq Rahimi quand il évoque et écrit sur son pays l’Afghanistan; Arielle était elle chanteuse après un chemin dans la mannequinat et un détour par l’objectif de Newton. La fleur de peau et l’envie de mots vont bien à ces deux perdus, en exil ou en recherche…

Des mots de minuit. Émission #34 du 24 juin 2000.

MANIÈRES DE VOIR :

– Atiq Rahimi signe “Terre et cendres” (P.O.L) et évoque son pays l’Afghanistan, sa culture et la guerre contre l’URSS. Il dit notamment sa découverte de Marguerite Duras.

Arielle Avant de chanter elle était mannequin, photographiée par Helmut Newton (une piste qu’elle a abandonnée depuis). Elle dit ce jour-là que seule l’écriture donne un sens à sa vie quitte à écrire jusqu’à l’épuisement. Absorbant tel un buvard toute l’agressivité ou toute la détresse, elle essaye de transformer cette hypersensibilité en force. Elle aime le silence, la légèreté et la sensualité.

ACTUALITÉ CULTURELLE :

À l’occasion de la semaine italienne au Théâtre du Rond Point…  Giorgio Albertazzi, acteur et Orlando Forioso, metteur en scène, pour “La leçon américaine de Italo Calvino”.

MUSIQUE :

Sally Nyolo, la chanteuse camerounaise chante Original.

Des mots de minuit #34 
Réalisation: Pierre Desfons

Rédaction en chef : Rémy Roche

Production: Thérèse Lombard et Philippe Lefait

© Desmotsdeminuit/France2

 

 Toutes les Émissions

 La vidéothèque Des mots de minuit

► nous écrire, s’abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr
► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuitaccès à la vidéothèque…