📷 Marie Dorigny et Jean-Louis Courtinat. Jean-François Leroy, Robert Ménard et Jean-Paul Alduy. 🎼 avec le groupe Tekameli #74

0
378

Quand la photo s’acharne à dire encore les marges d’une société anormalement normée. Quand la photo se laisse récupérer dans des Unes insignifiantes. “Des mots de minuit” dans l’acceptation des points de vue. Métis, radical, réjouissant !

Des mots de minuit, émission du 12 septembre 2001.
Au 13ème festival Visa Pour L’Image de Perpignan,

Avec les photographes
Marie Dorigny
Jean-Louis Courtinat
et
– Le directeur de Visa Pour L’Image Jean François Leroy
– Le co-fondateur de l’association Reporters sans frontières, Robert Ménard
– Le maire de Perpignan Jean-Paul Alduy

Musique:
Avec le groupe gitan Tekameli qui interprète Mambay  et Minifikas

 

MANIÈRES DE VOIR :

Marie Dorigny est photographe et journaliste. Parmi ses sujets, la traite des être humains. Elle résume son parcours professionnel, ses aléas et ses ambivalences : une Une du Vrai journal de Karl Zéro qui présentait une photo qu’elle juge à cette place racoleuse sur les prostituées et, dans le même temps, un long article sur son travail. Elle a donc accepté que cette photo reste en Une. Elle explique comment elle choisit ses sujets et pourquoi elle préfère le noir et blanc. Son travail sur l’immigration clandestine ait été publié dans un cahier de 12 pages dans Le Figaro. Elle reprend deux mots de son voisin de plateau : justification et utile …

… une grande tragédie humaine. Je comprends le discours, mais c’est une femme affolée, épuisée, qui vient avec trois enfants … Pourquoi est-ce qu’on ne l’accueille pas? Pourquoi est-ce qu’on ne lui offre pas l’asile ? Pourquoi est-ce qu’on n’a pas le moyens d’accueillir cette femme et de l’aider ?

Marie Dorigny. Des mots de minuit, 2001.

 

Jean-Louis Courtinat parle de son travail au sein de l’agence Rapho, qui reste pour lui une agence familiale malgré son rachat par le groupe Filipacchi-Lagardère. Il explique sa manière empathique de travailler. Il intègre l’environnement de celles et ceux qu’il veut photographier et vit avec elles/eux. Il parle de son travail dans les orphelinats de Roumanie où il a pris conscience de ses limites, où il a été dépassé et s’est senti inutile.

Je continue mon chemin par passion sur des sujets qui me passionnent. Mais je crois, encore une fois, que c’est un choix de vie… C’est un choix mais je me réalise totalement dans mon métier

Jean-Louis Courtinat. Des mots de minuit, 2001.

 

ÉTEIGNEZ VOS PORTABLES : ACTUALITÉ CULTURELLE

Jean François Leroy, directeur de Visa pour l’Image évoque les débats sur la rentabilité demandée par les agences. Il parle des envies et des initiatives de jeunes photo-reporters.

 

Robert Ménard, secrétaire général de 1985 à 2008 de Reporters sans frontières. L’organisation vit de la générosité des photographes qui offrent des photos pour son financement.

 

Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan, commente deux photos de l’exposition Match et les présidents et dit se méfier de la propagande par l’image.

Et des conseils de lecture et de cinéma: 📚 Disgrâce de John-Maxwell Coetzee et Les sombres feux du passé de Chang Rae Lee. 🎥Je rentre à la maison de Manoel De Oliveira (1908-2015)

 

MUSIQUE :

Le groupe Tekameli qui interprète Mambay  et Minifikas  

 

 

Des mots de minuit #74
Réalisation: Pierre Desfons
Rédaction en chef : Rémy Roche
Production: Thérèse Lombard et Philippe Lefait
© Desmotsdeminuit/France2

► Toutes les émissions …
► La vidéothèque Des mots de minuit

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
►La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
►@desmotsdeminuit