Grégoire Korganow 📷: inacceptable détention

0
175

Pendant trois ans, Grégoire Korganow a sillonné le paysage pénitentiaire français. Avec son appareil photo. 20 prisons longuement explorées, 100 photos exposées à la Maison Européenne de la Photographie et un livre. Impressionnant.

GrĂ©goire Korganow a roulĂ© sa bosse de photographe un peu partout depuis 25 ans. De LibĂ©ration Ă  National Geographic, ses images circulent. Son parti, “les opprimĂ©s, les invisibles“, Ă  Moscou, Ă  Tokyo, Ă  Paris, mais ailleurs. “Plus c’est difficile de photographier, plus ça m’intĂ©resse“, dit-il en confiant son attirance d’artiste pour l’adversitĂ©. Son intention: “faire des images qui sont documentaires mais qui ne cèdent rien Ă  la facilitĂ©“. Il prĂ©cise: “S’il y a beautĂ© de l’image, elle prend par surprise, je veux d’abord essayer de faire de bonnes images“.
Il travaille sur la partie photographique des films que la rĂ©alisatrice StĂ©phane Mercurio consacre aux prisons: “A cĂ´tĂ©” et “A l’ombre de la RĂ©publique“. Il est remarquĂ© par Jean-Marie Delarue, alors ContrĂ´leur gĂ©nĂ©ral des lieux de privation de libertĂ©, donc des prisons, qui lui donne le statut de contrĂ´leur. Dès lors, Korganow peut entrer dans toutes les prisons, il peut en visiter tous les coins et recoins et les photographier: cellules, douches, parloirs, cours de promenades (ces zones de non-droit, les surveillants y sont absents), quartiers disciplinaires et d’isolement.
Ses images ne jugent pas, elle montrent cet univers qui parce qu’il est invisible suscite les fantasmes. Si elles sont parfaitement cadrĂ©es, elles sont brutes, pas d’effet, pas de mise en scène, pas de pathos ajoutĂ©, pas la peine. Le spectateur peut se les approprier, y deviner l’enfermement, l’attente, l’arbitraire, la dangerositĂ© des codes et règles de vie et l’inacceptable de la privation de libertĂ©, quel que soit le bien fondĂ© de la dĂ©cision de justice qui a jetĂ© ces damnĂ©s derrière la lumière.

 

GrĂ©goire Korganow – “Prisons, 100 photos Ă  la Maison EuropĂ©enne de la Photographie – jusqu’au 5 avril 2015
Prisons” – Ă©ditions Neus – 432 pages

Toutes les photos parlées.

La page facebook des mots de minuit, une suite… Abonnez-vouspour ĂŞtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.