Didier Daeninckx 📚 “Le roman noir de l’histoire” et… la forme courte devient récit national

Radicalité littéraire...
0
3323

Ainsi donc cet auteur de polars, longtemps Albertivillarien avec pavillon et jardin, nourrirait avec ses 76 “petites” nouvelles la grande histoire. Son préfacier Patrick Boucheron va même jusqu’à un “comme si l’histoire n’était rien d’autre qu’un ensemble de fictions bien composées”. Que l’historien du collège de France adoube l’écrivain de noire littérature. On aura tout lu!

Mot à mot du 9 janvier 2020.

Son mot de minuit est Kanak
Et le conseil de lecture de cette émission : La mémoire tyrannique d’Horacio Castellanos Moya

Toujours un plaisir de retrouver Didier Daeninckx. Il est né en 1949 à Saint-Denis. Et on a dû le chroniquer dès les années 80. Meurtres pour mémoire date de 1984. Il était et il reste évident que sa veine est sociale et politique. Aucun démenti en quatre décennies de cette radicalité littéraire illustrée par des dizaines de titres!

Les vagues silencieuses se succédèrent pendant des heures, envahissant le quartier latin. Alain les regardait passer sans trop comprendre. Soudain, une fille aux cheveux bouclés se planta devant lui et lui sourit. Il la fixa, incrédule. Il entendit seulement alors le bruit des pièces. Son regard s’abaissa sur le tronc qu’elle secouait au bout de son bras. Il lut le papier sur la boîte cylindrique :

Pour les victimes des violences policières.

L’homme tronc. 1968. Le roman noir de l’histoire pages 418-19. Verdier.

Il fut, écrit son éditeur, “ouvrier imprimeur, animateur culturel et localier”. Et, à deux pas de La fête de l’Huma, Aubervilliers dont il explique dans ce Mot à mot pourquoi il en est tristement parti fut très longtemps son tropisme géographique et culturel. L’Autre y valait toujours le respect et la rencontre…
Il y a donc toujours chez Daeninckx un rapport au réel sociétal même dans les dernières nouvelles qui impliquent Les boueux de l’espace.

Écrites au cours des quarante dernières années, les 76 nouvelles qui composent Le Roman noir de l’Histoire retracent, par la fiction documentée, les soubresauts de plus d’un siècle et demi d’histoire contemporaine française.
Classées selon l’ordre chronologique de l’action, de 1855 à 2030, elles décrivent une trajectoire surprenante prenant naissance sur l’île anglo-normande d’exil d’un poète, pour s’achever sur une orbite interstellaire encombrée des déchets de la conquête spatiale.
Les onze chapitres qui rythment le recueil épousent les grands mouvements du temps, les utopies de la Commune, le fracas de la chute des empires, les refus d’obéir, les solidarités, la soif de justice, l’espoir toujours recommencé mais aussi les enfermements, les trahisons, les rêves foudroyés, les mots qui ne parviennent plus à dire ce qui est…
Les personnages qui peuplent cette histoire ne sont pas ceux dont les manuels ont retenu le nom, ceux dont les statues attirent les pigeons sur nos places.
Manifestant mulhousien de 1912, déserteur de 1917, sportif de 1936, contrebandier espagnol de 1938, boxeur juif de 1941, Gitan belge en exode, môme analphabète indigène, Kanak rejeté, pros­­­tituée aveuglée, sidérurgiste bafoué, prolote amnésique, vendeuse de roses meurtrière, réfugié calaisien, ils ne sont rien.
Et comme dit la chanson, ils sont tout.
” © Verdier

Mot à mot du 9 janvier 2020
Réalisation : Quentin Herlemont
Montage : Pierre Loumel
Rédaction en chef et coordination: Rémy Roche
Direction : Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr

Voir tous les Mot à mot
Des mots de minuit, L’Émission…

La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit