🎥 “Allo maman bobo”: Franco Lolli, réalisateur colombien, au puits sans fond de la famille… avec “Une mère incroyable”

festival biarritz amérique latine 2019
0
2344

“Une mère incroyable” aujourd’hui; “Gente de bien”, il y a cinq ans; Franco Lolli, pour son deuxième long-métrage présenté au “festival biarritz amerique latine” 2019 continue d’explorer l’autofiction dans un film de femmes aussi déterminées que radicales.

 

Leticia et Silvia, Silvia et Leticia. Mère et fille, fille et mère. L’une est avocate quand l’autre combat le crabe. Le couple est parfaitement explosif de haine et d’amour. Et la caméra de Franco Lolli explore tous les temps de cette radicale et universelle ambiguïté.
En dédicace de ce Mot à mot biarrot, le réalisateur qui vit à Bogota mais a fait ses études en France espère que l’on parlera un peu moins de sa mère la prochaine fois (Si, si…) De fait, elle joue Leticia, comme elle était présente dans ses précédents tournages. Et elle a vécu la maladie. Son fils estime que ce rôle l’a dynamisée dans son envie de vivre.
En partant de ce qu’il connaît le mieux (famille monoparentale, ambivalence des affects, bourgeoisie colombienne), Lolli signe et réussit des mélodrames acidulés que ses techniques de casting de non-professionnels (qu’il s’agisse de ses personnages ou des chiens qui les accompagnent) et d’improvisation encadrée (il dit ici “laisser advenir”) servent remarquablement. Jusqu’à Antonio, fils sans père connu par lui de Silvia et petit-fils de Leticia, qui, à 5 ans, est un as du karting. D’où ce compliment fait à maman qui le regarde en bord de piste: “Tu es une mère incroyable!”. Le distributeur français du film (Ad Vitam, sortie prévue 29 janvier 2020) en a fait son miel. Originellement son titre Litigante (avocate) renvoie à une affaire de corruption municipale dans laquelle est impliquée Silvia.
Le reste à découvrir dans ce réjouissant Mot à mot

© RR

À Bogota, Silvia, mère célibataire et avocate, est mise en cause dans un scandale de corruption. À ses difficultés professionnelles s’ajoute une angoisse plus profonde. Leticia, sa mère, est gravement malade. Tandis qu’elle doit se confronter à son inéluctable disparition, Silvia se lance dans une histoire d’amour, la première depuis des années.

 PALMARES édition 2019 :
Abrazo du meilleur film : La Fièvre (A Febre) de Maya Da-Rin, (Brésil, France, Allemagne)
• Prix du jury : La Vie invisible d’Eurídice Gusmão (A Vida invisível de Eurídice Gusmão) de Karim Aïnouz, (Brésil, Allemagne)• Mention spéciale du jury : Canción sin nombre de Melina León, (Pérou, Espagne, Etats-Unis)• Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma : La Vie invisible d’Eurídice Gusmão (A Vida invisível de Eurídice Gusmão) de Karim Aïnouz, (Brésil, Allemagne)• Mention spéciale du Syndicat Français de la Critique de Cinéma : Las Buenas Intenciones de Ana García Blaya (Argentine)• Prix du public : La Llorona de Jayro Bustamante (Guatemala, France)
Prix du meilleur documentaire : La Vida en común d’Ezequiel Yanco (Argentine, France)
• Prix du public : La Búsqueda de Daniel Lagares et Mariano Agudo, (Pérou, Espagne)
Prix du meilleur court-métrage : O Mistério da carne de Rafaela Camelo, (Brésil)
• Mention spéciale du jury : Hogar de Gerardo Minutti, (Uruguay)

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
►La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
►@desmotsdeminuit

Voir tous les mot à mot…

festival biarritz amérique latine

La page facebook des mots de minuit,  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit