Joseph Ponthus 📚 Lire l’étĂ© avec “Des mots de minuit”

Jamais sans un livre ...
0
656

Trier des tonnes de poissons, pousser des carcasses, toujours ĂȘtre Ă  la peine, fatiguĂ©. Joseph Ponthus Ă©crit remarquablement l’usine. Il connaĂźt la rĂ©sistance nĂ©e des mots. À la ligne

Des mots de minuit, L’Émission 
#576 du 6 février 2019

  avec
– La comĂ©dienne et rĂ©alisatrice Judith Davis 
– Le pianiste martiniquais Mario Canonge  pour la musique
Et un conseil de lecture: J’ai couru vers le Nil de Alaa El Aswany (Actes Sud)
(Traduction de l’arabe par Gilles Gauthier)

En entrant Ă  l’usine”…
premiĂšre phrase, premiĂšre ligne d’un remarquable texte de Joseph Ponthus
IntĂ©rimaire de nuit et romancier À la ligne d’un temps volĂ© Ă  la fatigue,
Il dissĂ©que l’expĂ©rience limite de l’exploitation toujours Ă  l’Ɠuvre
– en la circonstance dans le poisson ou la viande – de l’homme par l’homme.
Ponthus, tout en briéveté, oppose aux logiques de production ou de marché,
la dignitĂ© de celui qui travaille. Celle de l’ouvrier. MĂȘme si le mot est banni en
“Startupie”.
>lire un extrait de À la ligne
Dans une autre vie, Joseph Ponthus fut Ă©ducateur de rue. Avec Sylvain, Riadh,
Rachid et Alexandre, quatre jeunes de quartier. Ils avaient signĂ© Nous… la citĂ©.
Partis de rien, ils ont réussi à faire un livre.
Plus que le sens du combat, Ponthus connaßt la résistance des mots.
>lire un extrait de Nous… la citĂ©

Des mots de minuit #576
RĂ©alisation: Pascal Stelletta
RĂ©daction en chef: RĂ©my Roche
Montage: Cathy Destout et Timothée Souillac
Coordination: Marie-Odile RĂ©gnier
Direction: Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr

â–ș Toutes les Ă©missions …

â–șLa vidĂ©othĂšque Des mots de minuit

â–ș nous Ă©crire, s’abonner Ă  la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.
â–ș @desmotsdeminuit