L’âge pivot du nomade 🇺🇸 Les carnets d’ailleurs de Marco et Paula #234

0
567
Les mystères de la vie expliqués par trois courbes statistiques (graphique INSEE)

Marco suit d’un œil un peu distrait l’actualité française, mais la bataille de l’âge pivot l’a plongé dans une certaine perplexité. D’autant que l’âge pivot du nomade, c’est une tout autre histoire qu’il vous racontera peut-être un jour.

Depuis mon perchoir, dont je ne sais d’ailleurs pas très bien s’il est planté en Europe, en Afrique ou sur Mars, j’observe les remous qui agitent la France à l’occasion de ce rituel politique récurrent, la réforme des retraites: ça s’est déjà passé en 1956 (création du minimum vieillesse), 1971 (loi Boulin), 1982 (loi Auroux, abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans), 1987 (réforme Seguin), 1993 (réforme Balladur), 1995 (échec du plan Juppé), 2003 (réforme Fillon), 2010 (réforme Woerth) et 2013-2014 (réforme Touraine). De ma tour d’ivoire, je suis un peu surpris par tout le brouhaha des discussions qui tournent autour du système de retraite. Personne ne semble vouloir prendre la longue vue.

Les mystères de la vie expliqués par trois courbes statistiques (graphique INSEE)

Nous voilà donc dans la hune: le système de retraite actuel fut mis en place après la guerre, et déjà à cette époque il a fallu préserver les “avantages à qui ?”, c’est à dire les régimes spéciaux des agents de l’État et des marins, qui datent du XVIIème siècle, ceux des fonctionnaires et des militaires, qui datent de 1853, celui des mineurs (1894) et enfin celui du personnel des chemins de fer (1909).

1950

En 1950, donc au début du système de retraite actuel, l’espérance de vie à la naissance d’un Français était de 63,4 ans (données Insee – T16F036G1 – Espérance de vie à la naissance et taux de mortalité infantile de 1950 à 2015) et celle d’une Française de 69,2 ans. L’âge de la retraite est alors fixé à 65 ans, mais il n’y a en fait pas grand rapport entre les deux nombres. L’espérance de vie est une notion statistique un peu perverse qui dépend autant de l’état de santé des vieux que du nombre d’enfants de moins de cinq ans qui meurent. Ainsi aujourd’hui en Afrique dans certains pays l’espérance de vie atteint à peine 50 ans, mais on peut y vivre fort vieux, c’est seulement que les enfants de moins de cinq eux meurent par légion.
Aujourd’hui, dans les pays les plus riches, les enfants ne meurent plus (beaucoup), et l’espérance de vie s’allonge grâce aux progrès de la médecine et parce qu’il y a un peu partout des hôpitaux et des hospices pour empêcher les vieux de mourir trop tôt. En Afrique, si par miracle demain les enfants de moins de cinq ans cessaient de mourir, l’espérance de vie ne s’allongerait pas beaucoup, car il n’y a pratiquement pas de médecins, de médicaments ou d’hôpitaux pour empêcher les jeunes et moins jeunes de mourir avant leur tour.

Hôpital de quartier à Kinshasa (© Paula)

1983

Retournons chez les riches. Nous sommes maintenant en 1983, le gouvernement du Président Mitterrand abaisse l’âge de la retraite à 60 ans. L’espérance de vie cette année-là affiche 70,7 ans pour les hommes et 78,8 ans pour les femmes. Les cohortes des retraités grossissent.

Un autre petit saut, et nous sommes maintenant en 2015, l’espérance de vie des hommes a grimpé à 79 ans et celle des femmes à 85,1 ans. Petit sursaut politique: l’âge de la retraite est remonté à 62 ans.

2015

À contempler l’étirement des espérances de vie, on peut avancer sans trop d’hésitation que depuis 1945 le temps passé en retraite s’est allongé de manière significative. Et c’est le cas. Si on ne sait pas quelle était la durée des retraites dans les années 50 ou 60, on “sait” qu’en 1970, un Français moyen partant à la retraite pouvait espérer passer en moyenne un peu plus de dix ans en retraite (Données statistiques de l’OCDE – Nombre potentiel d’années à la retraite, par sexe), tandis que la Française moyenne, elle, pouvait compter — en moyenne — sur un peu plus de quatorze ans.

2016

Le monde tourne — il s’en est passé des choses depuis 1970 — et la durée de vie continue sa progression; en 2016, la retraite potentielle d’un Français s’étend maintenant sur un plus de 23 ans et d’une Française sur un peu plus de 26 ans. En revanche, la retraite de l’Allemand moyen est en moyenne de 19,5 ans (de l’Allemande, 22,6 ans), et celle de l’Africain moyen… probablement proche de zéro, en moyenne. 

1956

Maintenant, une dernière plongée historique: en 1956, le temps de travail tourne autour de 45 heures et la pension d’un retraité est payée par les cotisations de quatre cotisants. Aujourd’hui, il y a environ un cotisant et demi pour payer la pension d’un retraité, ce que l’on peut expliquer facétieusement par le fait que nos retraités d’aujourd’hui ont oublié de faire des enfants comme dans le temps. En Afrique, le seul système de “retraite”, ce sont justement les enfants, ce qui est une des raisons pour lesquelles les Africains ont beaucoup d’enfants (au Niger, un peu moins de six enfants par femme en moyenne).

Mais il semble que tout ce pan là de la réalité échappe aux commentateurs comme aux intéressés. Alors, que va-t-il se passer? Eh bien, depuis mon perchoir, je vois vaguement deux scenarii dans ma longue vue. Soit le régime des retraites changera radicalement dans les quinze prochaines années (sinon d’ici là il y aura plus d’un retraité par cotisant) — et nous allons donc entendre le même brouhaha pendant encore quelques décennies, pendant que les enfants africains continueront de vouloir traverser la Méditerranée. Soit l’écosystème terrestre sera parti en vrille sous les coups du changement climatique et aura commencé à faire des coupes sombres dans les rangs des légions de retraités, allégeant le fardeau des travailleurs cotisants.

La fin de l’histoire, expliquée en un graphique.

Tout Nomad’s land

 Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
 La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit