🎬 “Anna, un jour”, la femme et les enfants d’abord

0
801

Cette Anna n’est pas seulement une mĂšre courage, c’est une femme sĂ©duisante pourtant trompĂ©e. Un premier film Ă©patant autant dans son propos que dans sa façon.

On est en Hongrie, on sait que la vie n’y est pas facile pour beaucoup.
Voici Anna qui voudrait dire qu’on s’en arrange, pas le choix. Belle quarantaine, Ă  peine fatiguĂ©e. Trois enfants: Simon, 8-9 ans, tĂȘte-en-l’air, insouciant en dehors de ses addictions aux hĂ©ros des jeux vidĂ©os, Sari la cadette, drĂŽle de bout de chou, Marko, encore bĂ©bĂ©. Et leur pĂšre, son mari, Szabolcs dont elle sait qu’il est tentĂ© de partir avec une autre, Gabi, qui est (Ă©tait) pourtant aussi son amie. C’est d’ailleurs ainsi que le film s’ouvre dans une Ă©tonnante sĂ©quence ou l’indĂ©sirable s’invite Ă  la maison.
TrompĂ©e, dĂ©shonorĂ©e mais pas dĂ©couragĂ©e, les enfants d’abord. L’horloge en tĂ©moigne, elle rythmera cette folle mais habituelle journĂ©e, Anna est debout Ă  6h30, elle rĂ©veille avec une infinie tendresse les marmots. Petit dĂ©jeuner, ambiance gaie, Anna et Szabolcs se rĂ©partissent les tĂąches, emmener les uns et les autres Ă  la crĂšche, la maternelle, l’Ă©cole, puis le violoncelle, l’escrime, la danse… Le tout Ă  inscrire dans sa journĂ©e de prof d’italien prĂ©caire oĂč il lui faut faire avec des horaires jamais les mĂȘmes. JournĂ©e Ă  100 Ă  l’heure, bel exercice de jonglerie gĂ©nĂ©rale. Et au dĂźner Szabolcs qui n’est pas rentrĂ©. Ailleurs? Gabi? C’en est peut-ĂȘtre trop, pour une femme, mĂȘme courageuse.

Comédienne et réalisatrice majeures

Chronique hyperrĂ©aliste d’une grande vĂ©ritĂ© d’une femme et mĂšre de famille qui dans un dĂ©sarroi qu’elle tente de laisser de cĂŽtĂ©. Son amour conjugal est en berne, pas celui qu’elle porte indĂ©fectiblement Ă  ses enfants. Elle est Ă©tonnante cette Anna, convaincante et tellement empathique. Elle donne tout, reçoit beaucoup moins. C’est sa beautĂ©, la beautĂ© du film de cette journĂ©e captĂ©e Ă  l’arrache multipliant les dĂ©tails (y compris sonores) qui font un quotidien malmenĂ© mais assumĂ©.
Il faut louer le talent d’une comĂ©dienne, ZsĂłfia Szamosi, saluer aussi, d’abord, la rĂ©alisatrice ZsĂłfia SzilĂĄgyi qui signe pour un premier long-mĂ©trage une mise en scĂšne maĂźtrisĂ©e, domptant notamment l’inĂ©vitable improvisation des scĂšnes intĂ©grant les enfants qui, en vrai, ne sont pas de la mĂȘme famille. On croirait le contraire.
Bluffant autant que touchant.

Anna, un jour – ZsĂłfia SzilĂĄgyi (Hongrie) – 1h38

â–ștous les “CinĂ©, cinoche”

â–ș nous Ă©crire: desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.
â–ș @desmotsdeminuit