Élodie Bouchez et Claude Chabrol, đŸŽ„ l’actrice et le rĂ©alisateur #66

0
277

Que l’on rĂȘve la vie des anges ou que la bourgeoisie soit la cible coutumiĂšre d’une rĂ©alisation; que Marseille soit Ă  l’origine d’un dĂ©sir de cinĂ©ma ou qu’un magazine pointu s’Ă©chine Ă  le dĂ©cortiquer; qu’un chanteur catalan fils de rĂ©fugiĂ©s Ă©crivent des mots durs ou qu’un batteur de jazz ait dĂ©cidĂ© d’ĂȘtre musicien Ă  10 ans, c’est “Des mots de minuit”: mĂ©tis, radical, rĂ©jouissant …

  • Des mots de minuit:

    Émission N°66 du 09 Mai 2001


    Avec
    L’actrice Élodie Bouchez
    Le réalisateur Claude Chabrol
    et
    L’actrice Ariane Ascaride
    Le critique Thierry Jousse
     
    Musique avec l’auteur et interprĂšte Serge Utge Royo et le batteur Paco SĂ©ry
  •  
  • MANIÈRES DE VOIR :
  • Élodie Bouchez : la jeune actrice explique que son mĂ©tier implique une reconnaissance vis-Ă -vis du public mais souligne le fait qu’il est important de ne pas trop regarder ce que l’on fait. Elle Ă©voque ensuite quelques moments forts de sa carriĂšre: son premier film avec Serge Gainsbourg; son prix d’interprĂ©tation fĂ©minine en 1999 pour La vie rĂȘvĂ©e des anges d’Éric Zonca; les films La faute Ă  Voltaire d’Abdel Kechiche et Too much flesh rĂ©alisĂ© par Jean-Marc Barr et Pascal Arnold.

    C’est la premiĂšre fois cette annĂ©e qu’on me catĂ©gorise en tant qu’actrice, de films un peu pointus, underground, de premiers films ou de films d’autreur… Mais ça se fait de façon simple et spontanĂ©e. On attire les choses qui nous attirent… C’est beaucoup plus simple qu’on pourrait croire.

    Élodie Bouchez. Des mots de minuit, 2001.

     Claude Chabrol (1930-2010) le rĂ©alisateur Ă©voque certains thĂšmes rĂ©currents de son oeuvre: la critique de la bourgeoisie et la quasi omniprĂ©sence de la province. Il s’attarde Ă©galement sur les “nanars” qu’il a pu rĂ©aliser mais aussi sur sa pĂ©riode hitchcockienne. Le rĂ©alisateur explique le contexte de la Nouvelle vague et commente les extraits de certains de ses films: La cĂ©rĂ©monie, Le boucher et Le beau Serge.

    L’histoire du sexe Ă  l’Ă©cran, ça m’a longtemps tarabustĂ© de savoir Ă  quel moment ça devenait pornographique ou pas. C’est un vrai problĂšme que j’ai transposĂ© comme un bon soldat sur un champ de bataille et je me suis dit que ça devient pornographique Ă  partir du moment oĂč on tire Ă  vraies balles. Pour moi, les films pornographiques sont un fascisme Ă  l’Ă©tat pur. C’est presque toujours une volontĂ© d’avilissement rĂ©pugnante.

    Claude Chabrol. Des mots de minuit, 2001.

     

    Éteignez vos portables :
     Thierry Jousse, critique de film pour Les Cahiers du cinĂ©ma expose la programmation cinĂ©matographique qu’il a rĂ©alisĂ©e Ă  l’occasion des cinquante ans de la revue. Certains films rares sont au programme, du fait de leur quasi inaccessibilitĂ©. Il Ă©voque Ă©galement les raisons de son amour du cinĂ©ma, qui est un art Ă  la fois “populaire et savant”.

    J’ai pris ça comme un jeu de cinĂ©phile pour trouver les 50 films choisis parmi lesquels ceux qui ne sont jamais programmĂ©s Ă  la tĂ©lĂ©vision ou mĂȘme sur le cĂąble.

    Thierry Jousse. Des mots de minuit, 2001.

     

    – Ariane Ascaride a Ă©tĂ© nommĂ©e prĂ©sidente du jury Un certain regard. Elle Ă©voque sa tendresse pour cette sĂ©lection dans laquelle elle reçut un prix pour son interprĂ©tation dans Marius et Jeanette. Elle exprime ensuite le profond respect qu’elle a envers l’acteur et rĂ©alisateur amĂ©ricain Clint Eastwood. Puis elle parle des rĂŽles qu’elle aimerait interprĂ©ter.

    Vous dites que je suis rĂ©cupĂ©rĂ©e par l’institution mais j’ai une certaine tendresse pour cette sĂ©lection. J’y ai eu un des moments de ma vie le plus Ă©mouvant… Je suis contente d’y retourner. On vient y voir un cinĂ©ma qui ne subit pas la pression de la compĂ©tition…
    Je viens d’un monde cinĂ©matographique oĂč il y a toujours eu un regard et une certaine maniĂšre de raconter le monde… J’ai deux langages. Quand je vous parle, c’est le langage propre bourgeois, celui qui permet de se faire entendre par l’institution. L’autre n’est pas sale. Bien au contraire, c’est celui de ma vie et de mon origine.

    Ariane Ascaride. Des mots de minuit, 2001.

     

    Musique :
    Serge Utge Royo, auteur, compositeur, interprĂšte Ami, dessous la cendre. 

     

     

    Paco SĂ©ry est batteur. Avec son groupe, Jesus people de l’album Voyages.

     

     



â–ș nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications