Anita Pouchard Serra, photographe 📷: un temps de pause

0
1673

Le confinement renvoie aux murs et aux lieux qui nous protégent, en principe, de la virose. Y sont accrochés ou, à l’entour, nous parlent ces objets qui font un univers personnel ou un amer. Quel est celui de celles et ceux qui, pour l’instant seulement, ne peuvent pas encore revenir sur le plateau Des mots de minuit? Voici Murmure, quelques confidences de temps incertains de ces cinéastes en herbe. Aujourd’hui la photojournaliste Anita Pouchard Serra, depuis Buenos Aires.

Murmure est une carte blanche vidéo proposée aux invité-e-s aujourd’hui confiné-e-s- Des mots de minuit…

Dans ses projets Anita Pouchard Serra interroge identité et territoires.

Ce sont les territoires qui fondent son travail. Pas seulement le sien qui se partage entre la France et l’Argentine. D’abord celui des autres, ceux qui n’en ont plus, ainsi, à Buenos Aires ou à Calais, l’intimité perdue des migrants. “Je photographie ce que je vis plutôt que ce je vois“, dit-elle dans son engagement de photojournaliste.
Confinée à Buenos Aires, Anita Pouchard Serra vit ce moment étrange comme un temps de pause et de réflexion, de faire d’autres choses, celles qu’on ne prenait pas le temps de faire. Ni naïveté d’espérer un meilleur monde d’après, ni catastrophisme: réfléchir.

Il y a des jours gris et des jours ensoleillés. Dans les rues de Buenos Aires, depuis ma cuisine et dans mon esprit.
Quelques pensées  transatlantiques, depuis les toits de Buenos Aires, où il est toujours agréable de s’échapper et rêver un peu.

Anita Pouchard Serra

▶︎ Anita Pouchard Serra est membre du Studio Hanslucas

► La série Murmure sur Des mots de minuit

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit