Bruno Boudjelal đŸ“·, Mona Boudjelal: confinement, un ange passe

0
3546

Le confinement renvoie aux murs et aux lieux qui nous protĂ©gent, en principe, de la virose. Y sont accrochĂ©s ou, Ă  l’entour, nous parlent ces objets qui font un univers personnel ou un amer. Quel est celui de celles et ceux qui, pour l’instant seulement, ne peuvent pas encore revenir sur le plateau Des mots de minuit? Voici Murmure, quelques confidences de temps incertains de ces cinĂ©astes en herbe. Aujourd’hui le photographe Bruno Boudjelal et sa fille Mona.

Murmure est une carte blanche vidĂ©o proposĂ©e aux invitĂ©-e-s aujourd’hui confinĂ©-e-s- Des mots de minuit


Bruno Boudjelal, un photographe hors normes.

NĂ© d’un couple franco-algĂ©rien, c’est en visitant en 1993 le pays de son pĂšre, l’AlgĂ©rie alors en pleine guerre civile, qu’il devient accidentellement photographe. Muni d’un simple appareil qu’on lui a prĂȘtĂ©, il rapporte des images saisissantes, pourtant shootĂ©es Ă  la va vite, sans viser.
Une expérience fondatrice qui fixe une pratique et un style unique en son genre qui font de lui artiste particulier.
Artiste? Sauf que pour Boudjelal, il semble que la photographie ne soit pas tant un art qu’un moyen de dire, de documenter, de voir autrement. Donc c’est un artiste, puisque l’art c’est de proposer des rĂ©ponses Ă  des questions qu’on ne s’Ă©tait pas posĂ©es. 
Ainsi vont donc ses images, dĂ©laissant le beau, le point prĂ©cis et le cadre ajustĂ© pour voir et montrer, documenter autrement. 
On ne s’Ă©tonnera pas qu’avec cette libertĂ© de point de vue, Bruno Boudjelal propose dans ce Murmure une forte parabole sur le confinement. L’Ange, une crĂ©ation originale pour Des mots de minuit en co-rĂ©alisation avec sa fille Mona, 20 ans, dont il est sĂ©parĂ© pour cause de bouclement sanitaire. 

Je suis confinée avec ma mÚre, avec qui je vis, au Raincy. Mon pÚre, lui, est confiné à Montreuil.
Un jour, je reçois une image accompagnĂ©e d’un enregistrement vocal: l’ange lui est apparu en rĂȘve. C’était une statue que nous avions dans le jardin, quand j’étais petite. Je dĂ©cide de rĂ©pondre en mĂȘlant photographies et vidĂ©os. S’ensuit une correspondance audio et vidĂ©o, Ă  la recherche de cet ange, lui aussi confinĂ©.

Mona Boudjelal

▶ Bruno Boudjelal est membre de l’agence Vu
derniÚres actualités, certaines en suspens
‱ Foto Fest Ă  Houston jusqu’à la fin de l’annĂ©e, exposition collective “African Cosmologies
‱ Commissariat Ă  l’Institut du Monde Arabe de Tourcoing (sept 2020 – fĂ©vrier 2021) d’une exposition sur la prĂ©sence De l’Afrique Subsaharienne en Afrique du Nord
‱ Commissariat de l’exposition “Hakawi” sur la jeune photographie Ă©gyptienne Ă  La Friche de la Belle de Mai Ă  Marseille (nov 2020 – fĂ©vrier 2021)
‱ Festival l’Oeil Urbain Ă  Corbeil (octobre – dĂ©cembre 2020), prĂ©sentation de la sĂ©rie “Goudron Tanger – Le Cap”
‱ PrĂ©sentation  de la sĂ©rie “Ne mourons pas fatiguĂ©s” (Commande publique du CNAP “Flux, une sociĂ©tĂ© en mouvement“) aux Photaumnales Ă  Beauvais (19 septembre 2020 – 3 janvier 2021)
‱ ProjetS en cours, “Sur les traces du cousin Jacques au Bourget“, “Voyages en Seine-Saint-Denis“, “Les dormeurs
 “(travail sur les passages des lignes de RER)

‱ Bruno Boudjelal est signataire de la tribune Sauvez la photographie! parue en juin 2020 pour alerter sur les grandes difficultĂ© de la profession aprĂšs la pĂ©riode de confinement.

▶ Mona Boudjelal
PassionnĂ©e de cinĂ©ma depuis mon plus jeune Ăąge, je souhaite ĂȘtre rĂ©alisatrice. J’étudie depuis trois ans le cinĂ©ma aprĂšs deux ans de classe prĂ©paratoire option cinĂ©ma et une Licence 3. J’aspire dĂ©sormais Ă  un master d’études sur le genre afin de mĂȘler mes deux intĂ©rĂȘts principaux: le fĂ©minisme et le cinĂ©ma. J’écris aussi des scĂ©narios et rĂ©alise des courts-mĂ©trages. 

â–ș La sĂ©rie Murmure sur Des mots de minuit

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit