Marcel MarĂ©chal (1937-2020) 🎭 “C’est formidable d’aller au contact des gens dans les endroits les plus reculĂ©s !”

0
3959

Il fut le premier Ă  accueillir Ă  Paris Les Pink Floyd ou les Who encore jeunes. Et son parcours de thĂ©Ăątre est histoire de France, de la capitale Ă  Lyon, de Marseille Ă  Avignon sans oublier les trĂ©teaux de France pour aller lĂ  oĂč le thĂ©Ăątre est raretĂ©… Audiberti, si curieux de l’Orient fut l’un de ses compagnons d’amitiĂ© et d’inspiration …

Des mots de minuit :
Émission N°67 du 26 avril 2006
(Réalisation Jean-François Verzelle)


Marcel MarĂ©chal, acteur, metteur en scĂšne et Ă©crivain, Ă©tait reçu dans cette Ă©mission (ici en intĂ©gralitĂ©) avec la comĂ©dienne MaĂŻmouna Gaye, l’humoriste Marc Jolivet et l’auteur et dessinateur de BD Igor et pour la musique : Marie Modiano et Art Mengo.
Il y Ă©voque notamment “Audiberti et fils” qu’il interprĂšte avec son fils Mathias au TheĂątre du Lucernaire dans une mise en scĂšne de François Bourgeat.
Quand MarĂ©chal met en abĂźme l’idĂ©e de filiation ce que son “pĂšre spirituel” Jacques Audiberti avait fait lui-mĂȘme avec son fils.

Audiberti avait une sorte de fils spirituel : Marcel MarĂ©chal, un saltimbanque colorĂ©, joyeux et angoissĂ©. Celui-ci a lui-mĂȘme un fils, spirituel et biologique cette fois, un jeune homme gracieux. Tout cela, c’est la mĂȘme famille poĂ©tique, venue de la MĂ©diterranĂ©e. Audiberti et fils. Ils sont tous rĂ©unis sur la scĂšne, corps et Ăąme. Et dans une adaptation ingĂ©nieuse et une mise en scĂšne dĂ©licate, signĂ©es François Bourgeat, ils chantent la chanson de la filiation, la chanson de l’humanitĂ©, de l’origine Ă  l’éternitĂ©, la chanson du mystĂšre de l’homme et de sa reproduction. Le pĂšre apprend la vraie vie Ă  son fils qui rĂȘve la vie.” 

Philippe Tesson. Le Figaro, 15 octobre 2007.

â–ș La mĂ©moire desmotsdeminuit

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit