“Les choses humaines” de Karine Tuil 📚 #metoo, l’envers du dĂ©cor

0
2213

Doublement rĂ©compensĂ© par le Prix Goncourt des lycĂ©ens et l’InteralliĂ©, le dernier roman de Karine Tuil donne Ă  voir les coulisses du monde contemporain Ă  travers l’histoire d’un viol. Aussi puissant que dĂ©rangeant.

“La dĂ©flagration extrĂȘme, la combustion dĂ©finitive, c’était le sexe, rien d’autre – fin de la mystification“, affirme Karine Tuil dans l’incipit de son onziĂšme livre. Les 350 pages qui suivent en sont une dĂ©monstration par l’exemple, stupĂ©fiante de rigueur, d’intelligence, d’empathie. La romanciĂšre y retrace l’histoire d’un couple Ă  qui tout rĂ©ussi – lui a longtemps prĂ©sentĂ© le 20 heures, elle signe des essais fĂ©ministe s- jusqu’au jour oĂč leur fils, Ă©tudiant promis Ă  un avenir brillant, est inculpĂ© pour une affaire de viol.
La romanciĂšre n’a pas attendu l’affaire Weinstein pour s’atteler Ă  un sujet qui fait dĂ©sormais notre actualitĂ© quasi quotidienne. C’est une affaire similaire survenue en 2015 sur un campus amĂ©ricain qui met le feu aux poudres de son imaginaire. Juriste de formation, Karine Tuil choisit alors d’assister Ă  de nombreux procĂšs pour viol aux assises. Une expĂ©rience qui va lui fournir la matiĂšre premiĂšre de ce livre dont personne ne sort indemne. Pas mĂȘme le lecteur. “Les faits paraissent simples, ils ne le sont pas c’est ce qu’affirmait la directrice d’enquĂȘte qui Ă©tait de garde ce soir-lĂ  et avait rĂ©alisĂ© la premiĂšre audition de la victime“, c’est Ă©galement ce qui transparaĂźt Ă  la lecture de ce livre dĂ©nuĂ© du manichĂ©isme que ne manque gĂ©nĂ©ralement pas de susciter le sujet.
Karine Tuil, elle, ne prend pas parti. Elle donne Ă  voir. Un monde: celui de l’argent et du pouvoir. Une sociĂ©tĂ©: celle de la rĂ©ussite et de la performance Ă  tout prix. Son corollaire: la violence des rapports sociaux et son influence sur nos comportements. Remarquablement construit son livre dĂ©bouche sur le procĂšs du jeune homme accusĂ© d’avoir agressĂ© sexuellement celle qui n’est autre que la fille de son beau-pĂšre. Faisant se succĂ©der les tĂ©moins Ă  la barre, la romanciĂšre installe symboliquement son lecteur du cĂŽtĂ© des jurĂ©s. Un procĂ©dĂ© narratif d’une efficacitĂ© redoutable qui met en lumiĂšre l’infinie complexitĂ© des “Choses humaines” et les dysfonctionnements du monde.
Empathique et brillant.

Éditions Gallimard – 352 pages

Illustration de couverture: © Francesca Mantovani

â–ș Les lectures d’Alexandra
â–ș La critique littĂ©raire desmotsdeminuit.fr

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit