📚 “Comment raconter une histoire” de Mark Twain: le pionnier du Stand-Up

0
504

Dans ce recueil de textes écrits dans les deux dernières décennies de sa vie, celui que Faulkner considérait comme le père de la littérature américaine donne une nouvelle démonstration de son talent. De Comment raconter une histoire au Point de bascule en passant par le Journal d’Ève, six petits textes qui rivalisent d’humour, de tendresse mais aussi de poésie.

“Il y a plusieurs sortes d’histoire, mais une seule qui soit difficile à raconter: l’histoire drôle”, affirme Mark Twain ce avec quoi on ne peut qu’être d’accord. Avant qu’il ne précis: “l’histoire drôle est américaine. L’histoire comique est anglaise. Et l’histoire amusante est française”. Ce dont on est quand même en droit de douter. Celui à propos de qui Hemingway disait “avant il n’y avait rien, après on n’a rien fait d’aussi bien” n’en était pas à une facétie près. La preuve dans ces textes dont certains furent écrits en prévision des conférences qu’il avait coutume de donner aux quatre coins des Etats-Unis, lesquelles remportaient toujours un franc succès. Si Mark Twain était sans conteste un orateur né, ce recueil révèle aussi qu’il ne laissait aucun détail au hasard s’inspirant en cela des grands comiques de son temps comme son ami Artemus Ward. De l’art de la chute fondamental pour qui entend mettre les rieurs de son côté, à la rupture de rythme, en passant par le silence bien dosé, l’on découvrira que Mark Twain fut à sa manière l’un des pionniers du Stand-Up.

Pomme d’Adam

Histoire de la Chute par excellence, le Journal d’Adam, que Mark Twain prétend avoir retrouvé, compte avec celui d’Ève parmi les textes les plus savoureux de ce recueil. Publiés à dix ans d’intervalle ces deux faux journaux sont le prétexte à une réécriture de la Genèse aussi drôle que poétique. Adam y fait figure d’ours mal léché et voit la nouvelle créature dont il doute qu’elle ait été “créé à partir d’une côte de (son) propre corps” d’un mauvais œil: “Cette nouvelle créature aux cheveux longs est toujours dans mes pattes. Elle n’arrête pas de traîner dans les parages et de me suivre partout. Je n’aime pas ça”, confie-t-il à son Journal. Ève, quant à elle, se trouve fort intriguée par celui qu’elle appelle d’abord “l’Autre Expérience” pour en arriver à la conclusion qu’il s’agit bel et bien d’un homme. “C’est le premier que je vois, mais il ressemblait à un homme. Et je suis convaincue que c’en est un”. La cohabitation ne sera pas aisée. Ève s’avérant passablement dirigiste et Adam n’espérant qu’une chose: retrouver sa tranquillité. Jusqu’au jour où Ève croquera la pomme… Vous connaissez la suite? Pas sûr! Lisez Mark Twain: vous serez surpris et conquis.

Comment raconter une histoire – Mark Twain – ed. Rivages – 128 pages

► les lectures d’Alexandra

la critique littéraire desmotsdeminuit.fr

►nous écrire: desmotsdeminuit@francetv.fr
► la 
page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit