“Les oiseaux de passage”: la bourse ou l’honneur? 🎬

0
686

Thriller western empreint d’une culture de l’honneur, on se rĂ©gale du mĂ©lange des genres d’un film palpitant autant que magnifique.

D’abord cette Ă©trange et magnifique danse nuptiale comme inversĂ©e. La jeune et belle Zaida accĂšde, aprĂšs une longue pĂ©riode de retraite, au statut de femme. ChaperonnĂ©e par Ursula, sa mĂšre et matriarche implacable de la famille, elle dĂ©fie ses prĂ©tendants dans une danse rĂ©glĂ©e par la tradition.
On est dans les années 70, dans le nord de la Colombie, sur les terres désertiques des indigÚnes wayuu qui se défendent de la disparition par une adhésion sans faille à leur culture, rites et superstitions.
De la danse du choix, Rapayet sort vainqueur: “Tu seras ma femme“, lance-t-il fier Ă  Zaida. Ursula accepte ce beau-fils ombrageux, mais Ă  la condition du versement d’une forte dot en bĂ©tail et bijoux. Rapayet qui ne vit que d’un maigre nĂ©goce de chĂšvres, vaches et cafĂ© doit trouver d’autres ressources. Il s’allie avec un vieil ami, pour fournir Ă  des gringos de la marijuana aussi cultivĂ©e par lĂ  par un baron de la famille: le marchĂ© hippie amĂ©ricain est en pleine expansion. Ce ne sera pourtant pas si simple. Car si le business finira par rapporter gros, au point que Rapayet et sa famille s’installeront dans un irrĂ©el et luxueux castelet Ă©rigĂ© en plein dĂ©sert, il y aura multiples dĂ©convenues et des morts violentes, parfois tristes.

 

Culture et rĂȘves

Bien mal acquis ne profite jamais dit-on sous nos tropiques, il semble qu’il en soit Ă©galement ainsi en terre wayuu. L’honneur y est plus important que la fortune, on peut tout perdre si on ne se conforme pas aux rĂšgles ancestrales de la dignitĂ©, on accepte perdre tout autant pour vouloir laver son honneur. C’est bien ce que racontent minutieusement en images, coups de feu et dĂ©sarrois ces deux heures d’action et de passions, passionnantes.
Western ascĂ©tique, thriller sanglant, drame ethnologique, tout Ă  la fois, mĂ©lange des genres et des plaisirs cinĂ©matographiques. Un film de paysages, ceux de cette rĂ©gion que connaissent bien les rĂ©alisateurs et dont ils savent mettre en tableaux la beautĂ© aride. Mais d’abord un film de personnages fortement caractĂ©risĂ©s, ceux qui sont prĂ©cisĂ©ment nĂ©s dans ces paysages de survie et cette culture Ă©sotĂ©rique qui respecte les rĂȘves de la nuit “ils sont la preuve que l’Ăąme existe“, mĂȘme quand ils annoncent des Ă©vĂšnements terribles.
Entre Tarantino et la tragĂ©die grecque, un grand film d’ailleurs.

Les oiseaux de passage – Cristina GALLEGO & Ciro GUERRA (Colombie) – 2h05

â–ș tous les “CinĂ©, cinoche”

â–ș nous Ă©crire: desmotsdeminuit@francetv.fr

â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.
â–ș @desmotsdeminuit