Pierre Joxe; Pierre Guillois 🎭 DorothĂ©e Smith đŸ“· Benjamin Coriat et Henri Sterdyniak đŸŽŒ avec Rachida Brakni #445

0
800

On peut dire sociĂ©tĂ©s au pluriel, systĂšmes de valeurs, civilisations au pluriel aussi, bien sĂ»r, et des mots pour penser et soigner, des mots encore des mots pour comprendre et voir comment va le monde, mais aussi comment il va mal. C’est Des mots de minuit: mĂ©tis, rĂ©jouissant, radical !


Des mots de minuit Ă©mission du mercredi 15/02/2012

Avec:

  • Le juriste et homme politique Pierre Joxe
  • Le metteur en scĂšne Pierre Guillois
  • La comĂ©dienne et chanteuse Rachida Brakni 
  • La photographe et vidĂ©aste DorothĂ©e Smith
  • Les Ă©conomistes Benjamin CORIAT et Henri STERDYNIAK l

Conversation:

Pierre Joxe a eu plusieurs vies. Ministre sous François Mitterrand,  premier prĂ©sident de la Cour des comptes, sage au Conseil Constitutionnel
  Il repart Ă  zĂ©ro pour redevenir avocat et dĂ©fendre les mineurs dĂ©linquants. Cet Ă©ternel indignĂ© aussi rigoureux que rĂ©voltĂ© repart au combat et signe un essai, Pas de quartier, pour que la rĂ©pression ne l’emporte pas sur la prĂ©vention.

La robe d’avocat je l’ai portĂ©e en sortant du Conseil Constitutionnel. Et si j’ai choisi le droit des mineurs c’est parce que c’est une institution en voie de dĂ©molition, avec les lois Perben 1 et 2. En entrant dans les tribunaux pour enfants, ce qui m’a frappĂ© c’est la distance entre les professionnels, les Ă©ducateurs, les policiers qui s’occupent des jeunes, et les lois qui avaient l’air de dĂ©clarer la guerre Ă  la jeunesse. Cela m’a beaucoup impressionnĂ©. La justice pour moi doit d’abord avoir un rĂŽle Ă©ducatif et n’ĂȘtre pas une dĂ©claration de guerre.

Pierre Joxe. Des mots de minuit, 2012.

Pierre Guillois est auteur et metteur en scĂšne. AprĂšs plusieurs annĂ©es de vie de compagnie en marge de l’institution, aprĂšs un bref parcours d’acteur et une heureuse expĂ©rience d’assistant Ă  la mise en scĂšne avec Jean-Michel Ribes, il devient en 2001, Ă  l’invitation de Matthew Jocelyn, artiste associĂ© Ă  l’Atelier du Rhin, centre dramatique rĂ©gional d’Alsace Ă  Colmar avant de diriger le ThĂ©Ăątre du peuple de Bussang. Il parle ici de la piĂšce Le Gros, la Vache et le Mainate, qu’il met en scĂšne au ThĂ©Ăątre du Rond-Point.

C’est un spectacle qui est nĂ© dans les Vosges au thĂ©Ăątre du peuple Ă  Bussang, un thĂ©Ăątre qui a une mission grande et incroyable de thĂ©Ăątre populaire ; LĂ , j’ai pu m’interroger sur ce qu’est le thĂ©Ăątre pour des gens qui ont des degrĂ©s de lecture extrĂȘmement contrastĂ©s. Respecter ce public sans renoncer. La devise de ce thĂ©Ăątre : « Par l’art pour l’humanitĂ©. Â»

Pierre Guillois. Des mots de minuit, 2012.

L’objet qui vous prolonge : ce n’est pas un objet, c’est le mainate vedette de son opĂ©rette Le Gros, la Vache et le Mainate. Un oiseau nommĂ© connard.


DorothĂ©e Smith est photographe et vidĂ©aste. Ses images impalpables qui questionnent le genre et l’identitĂ© ont une qualitĂ© obsĂ©dante : portraits silencieux Ă  l’identitĂ© trouble ou paysages pĂąles, ils sont d’autant plus forts qu’ils se rĂ©clament d’une certaine “fadeur”. Elle Ă©voque ici l’exposition Hear us Marching Up Slowly Ă  la galerie des Filles du Calvaire.

En ce qui concerne mon travail, il y a une place, une Ă©coute, c’est pour ça que j’ai la chance de pouvoir exposer maintenant ; Il y a un  Ă©cho dans la sociĂ©tĂ©, une attente. Une attention, une disponibilitĂ© pour les sujets qui traversent mon travail. Ce qui m’intĂ©resse c’est de poser des questions pour se demander d’oĂč viennent les certitudes des normes dites d’origine naturelle. J’espĂšre que mes photos font que celui qui les regardent se posent des questions sur ses certitudes.

Dorothée Smith. Des mots de minuit, 2012.

L’objet qui vous prolonge : un dĂ©clencheur souple pour prendre des photos.


Benjamin Coriat et Henri Sterdyniak sont Ă©conomistes. Ils publient Changer l’Ă©conomie aux Ă©ditions Les Liens qui LibĂšrent; Une autre politique est-elle possible, une alternative Ă  la pensĂ©e dominante ? Dette, fiscalitĂ©, protection sociale, ils s’invitent dans le dĂ©bat public avec des propositions concrĂštes. Ce sont les Économistes atterrĂ©s.

Nous sommes des gens tranquilles souhaitant revenir Ă  des situations normales. On a vĂ©cu trente annĂ©es de complĂšte folie financiĂšre. Cela s’est fait progressivement mais avec des lobbies qui savaient ce qu’ils faisaient, avec cette idĂ©e totalement folle que les marchĂ©s sont intelligents, et Ă  cause d’eux on a lĂąchĂ© le contrĂŽle des marchĂ©s Ă©conomiques.

Benjamin Coriat. Des mots de minuit, 2012.

De 45 Ă  73 il y avait un compromis entre le capitalisme et le socialisme, l’idĂ©e qu’on allait Ă©tendre la protection sociale avec plus de dĂ©penses publiques. On pensait que la part du privĂ© allait diminuer, on pensait qu’il y avait les mĂȘmes intĂ©rĂȘts entre les dirigeants et les ouvriers. De 73 Ă  80 on a essayĂ© de maintenir ça malgrĂ© la crise du pĂ©trole. Et aprĂšs 80, tout ça a Ă©tĂ© saccagĂ© par Reagan et Thatcher. La part du travail par rapport au capital a Ă©tĂ© diminuĂ©e drastiquement.

Henri Sterdyniak. Des mots de minuit, 2012.

L’objet qui vous prolonge… Pour Henri Sterdyniak, un rhinocĂ©ros. C’est un animal qui a le coeur solide et qui est offensif. Mais aussi un animal en voie de disparition. Tout un symbole pour les Ă©conomistes.


Rachida Brakni : est actrice et chanteuse. Elle parle ici de son album Rachida Brakni.


Musique:

Rachida Brakni interprĂšte Terre fatale et Les parenthĂšses.


â–ș Toutes les Ă©missions 

â–ș La vidĂ©othĂšque Des mots de minuit

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit