Blandine Le Callet 📚, le philosophe Marcel Gauchet, Isabelle Janier 🎭, Philippe Faucon đŸŽ„; la chanteuse Nathalie NatiembĂ© et la violoncelliste OphĂ©lie Gaillard #224

0
114

Quand une cĂ©rĂ©monie de mariage est passĂ©e au crible intranquille de ses invitĂ©s; quand le penseur interroge l’Ă©galitĂ© et le champ dĂ©mocratique; quand la comĂ©dienne questionne les grains de sable de la vie; quand la guerre, en AlgĂ©rie, dĂ©molit le libre arbitre des jeunes gĂ©nĂ©rations; Quand la maloya rĂ©unionnaise ou un prĂ©lude de Bach enchantent “Des mots de minuit”… MĂ©tis, radical, rĂ©jouissant:

  • Des mots de minuit:

    Émission #224 du 25 janvier 2006



    Avec
    La romanciĂšre Blandine Le Callet
    Le philosophe Marcel Gauchet

     

    La metteuse en scĂšne et comĂ©dienne Isabelle Janier

    Le cinĂ©aste Philippe Faucon
    Musique avec la chanteuse Nathalie NatiembĂ© et la violoncelliste OphĂ©lie Gaillard
  •  
  • MANIÈRES DE VOIR :
  • Blandine Le Callet signe Une piĂšce montĂ©e son premier roman. Elle parle de son goĂ»t pour la litterature, sa conception du mariage et de la famille qui constitue le sujet de son roman. AgrĂ©gĂ©e de lettres classiques, elle enseigne le latin et la culture de l’antiquitĂ©. Sa thĂšse Ă©ditĂ©e a pour titre Rome et ses monstres. 

    Ce qui me prĂ©occupe, c’est le statut des marginaux, de tous ceux qu’on marginalise au sein de la sociĂ©tĂ©. Il me semble que rien ne renseigne mieux sur une civilisation que la façon dont elle traite et dĂ©finit ses monstres, donc les gens qu’elle exclut, qu’elle est incapable d’intĂ©grer. Ça m’a beaucoup intĂ©ressĂ©e dans la Rome antique. Ça continue de me prĂ©occuper dans la sociĂ©tĂ© actuelle. Je pense que c’est le grand dĂ©fi du XXIĂšme siĂšcle: la façon dont on va ĂȘtre capable d’intĂ©grer les gens dit anormaux, d’intĂ©grer les marginaux, d’amĂ©liorer leur sort.

    Blandine Le Callet. Des mots de minuit, 2006. 

Marcel Gauchet pour son livre La condition politique. Il évoque son parcours (pÚre cantonnier, mÚre couturiÚre profondÚment religieuse), sa réflexion sur la société et la politique (analyse des symptÎmes dont souffre la démocratie).

 

Je crains que mon parcours ne soit plus possible aujourd’hui. En tout cas, il peut ĂȘtre encore possible dans certains secteurs de la sociĂ©tĂ©, mais, on le sait trĂšs bien l’inĂ©galitĂ© est gĂ©ographique. On peut ĂȘtre fils de concierge, portugais ou marocain dans le XVIĂšme arrondissement et faire encore d’excellentes Ă©tudes et terminer dans une grande Ă©cole. Mais, si, comme moi, vous venez d’une province profonde et trĂšs reculĂ©e, dans le bocage normand, je crois que le trajet que j’ai fait est impossible…

Marcel Gauchet. Des mots de minuit, 2006.

 

ACTUALITÉ CULTURELLE :
– Isabelle Janier est comĂ©dienne et metteuse en scĂšne. Elle Ă©voque la piĂšce de thĂ©Ăątre Grain de sable qu’elle a Ă©crit (une premiĂšre) et qu’elle interprĂšte actuellement au Petit HĂ©bertot. Elle se dĂ©place aujourd’hui en fauteuil, consĂ©quence d’une maladie dĂ©gĂ©nĂ©rative.

 

Le grain de sable, c’est ce qui, dans la vie, enraye, ce qui se met dans la machine et perturbe des mĂ©canismes trop bien huilĂ©es.

Isabelle Janier. Des mots de minuit, 2006.

 

– Philippe Faucon pour son film La trahison, inspirĂ© du livre au titre Ă©ponyme de Claude Sales.

 

Dans la pensĂ©e eurocentriste et coloniale de l’Ă©poque on finit par perdre de vue que des jeunes gens peuvent avoir un libre arbitre et que leur adhĂ©sion Ă  une situation dans laquelle on les implique n’est pas avĂ©rĂ©e.

Philippe Faucon. Des mots de minuit, 2006.

 

MUSIQUE :

– Nathalie NatiembĂ© chanteuse rĂ©unionnaise de maloya interprĂšte une chanson de son album Sanker

 

– OphĂ©lie Gaillard, violoncelliste interprĂšte le PrĂ©lude de la suite n°1 de Bach.

 

Des mots de minuit #224 

RĂ©alisation: Pierre Desfons

RĂ©daction en chef : RĂ©my Roche

Production: ThérÚse Lombard et Philippe Lefait

© Desmotsdeminuit/France2