“La fille de personne de Cécile Ladjali”: la confidente de Kafka et Hedayat 📚

0
753

Le quinzième livre de la romancière d’origine iranienne est une déclaration d’amour à la littérature mais plus encore à la lecture. Un roman incandescent sur lequel plane l’ombre de deux auteurs majeurs: Franz Kafka et Sadegh Hedayat.

Que seraient les auteurs sans leurs lecteurs? Pas grand-chose si l’on en croit Cécile Ladjali qui publie La fille de personne, ode vibrante à la lecture.
La romancière nous y conte l’histoire d’une jeune berlinoise hantée par un père fantôme qu’elle a promis à sa mère de retrouver. La quête d’une vie qui va d’abord la conduire à Prague puis à Paris, où elle va côtoyer deux monstres sacrés de la littérature. Le premier est pragois. Il a eu, lui aussi, maille à partir avec son père et se nomme Franz Kafka. Le second est iranien, écrivain lui aussi, traducteur, exilé à Paris: Sadegh Hedayat.
Deux mélancoliques, gagnés par la tentation du suicide, qui vont s’attacher à cette amoureuse des livres et en faire leur confidente. Un roman fascinant sur le mystère des origines et de la création littéraire.

Consacrée aux bibliothèques à l’épreuve du feu, la thèse de Luce Notte, étudiante berlinoise orpheline de père, la conduit à l’été 1912 à Prague, où elle prend un poste de jeune fille au pair chez les Kafka. Afin d’assurer ses études. Le jeune Franz n’a encore rien publié, il se morfond dans une compagnie d’assurances et se cache de son père pour écrire ce qui deviendra Le verdict. Quarante ans plus trad, installée comme libraire à Paris, Luce va épouser la solitude de Sadegh Hedayat, écrivain iranien rejeté par sa famille et exilé en raison de la censure qui le frappe en son pays après la parution de la chouette aveugle. (…)
Tout entier dédié à la muse, sa beauté et sa cruauté, La fille de personne est le roman du père, de celui que l’on se cherche ou que l’on s’invente. Mais c’est avant tout une célébration du vertige de la lecture face à l’œuvre au noir qui nourrit tout écrivain. 

Editions Actes Sud

La fille de personne – Cécile Ladjali – Actes Sud – 208 pages

▶︎ lire un extrait

Les lectures d’Alexandra
La critique littéraire desmotsdeminuit.fr

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit