“Otages” de Nina Bouraoui, une héroïne des temps modernes📚

0
2274

Roman social, le dernier livre de Nina Bouraoui est un magnifique portrait de femme qui, en commettant un acte condamné par la justice et la société, découvre sa liberté. Essentiel et bouleversant.

Otages a d’abord été écrit pour la scène et interprété par différentes comédiennes dont Marianne Basler et Christine Citti. Le destin de son héroïne ne cessant “de se raccorder au chaos du monde“, Nina Bouraoui en a écrit une nouvelle version, autrement dit un roman. Otages est l’histoire d’une femme ordinaire qui du jour au lendemain va basculer dans l’extraordinaire. Elle a cinquante-trois ans, deux enfants, travaille sans compter depuis de nombreuses années dans la même entreprise, croyant dur comme fer au travail, à l’honneur, à la morale. Une vie de labeur qui ne l’a guère rendue heureuse mais qu’elle a toujours acceptée. “Je ne vois pas grand, je vois tranquille: ma paye, mon toit sur la tête et surtout ma conscience pour moi.” Un jour son mari la quitte. Elle n’en est pas vraiment meurtrie. Pas vraiment surprise. Ce sera pourtant le déclencheur de cette histoire. La cause, parmi tant d’autres, d’un passage à l’acte qui va la propulser au rang des héroïnes tragiques.

Une femme qui dit non

“Les choses ne surviennent pas d’un coup. On dit qu’elles mûrissent, moi je pense qu’elles se rangent par strates. Il y a un ordre. Ce n’est pas fou, c’est organisé, comme la vie. Je crois en l’enchaînement logique des évènements. C’est scientifique.” Le départ du mari. La pression imposée par le patron. Alors Sylvie Meyer va commettre l’irréparable: séquestrer son employeur une nuit entière. Un geste condamnable qui va pourtant lui permettre de retrouver sa dignité. De se sentir vivante. Libre. “J’ai vengé les miens, oui, c’est ça, je les ai vengés et le truc bizarre c’est que je savais qu’ils ne me seraient pas reconnaissants, car j’ai osé franchir la limite qu’ils n’auraient jamais osé franchir. (…) Je préfère sortir du troupeau, être punie, mais pour une fois dire ce que je pense: la société est malade.
Monologue fiévreux, intense, bouleversant, Otages est l’histoire d’une femme qui dit non. Au monde comme il va. Aux violences faites aux femmes. A l’ordre social qui transforme chacun de nous en otage non seulement économique mais aussi amoureux.
A lire d’urgence.

  • Otages – JC Lattès – 170 pages

> feuilleter les premières pages

(photo Nina Bouraoui © Patrice Normand)

Les lectures d’Alexandra
La critique littéraire desmotsdeminuit.fr

► Nous écrire : desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications
@desmotsdeminuit