📚 « incognita incognita ou le plaisir de trouver ce qu’on ne cherchait pas » de Mark Forsyth: Ă  bas les algorithmes!

0
2493

Dans un petit essai aussi stimulant que rĂ©jouissant, l’étymologiste britannique fait l’éloge du hasard, du vagabondage, et de la bibliomancie. Ou comment survivre dans un monde gouvernĂ© par les algorithmes.

Vous connaissez la maxime de Socrate « Je sais que je ne sais rien« ? Mark Forsyth va plus loin affirmant: je ne sais pas que je ne sais pas. Une conviction qu’il partage avec Donald Rumsfeld, ancien secrĂ©taire Ă  la DĂ©fense amĂ©ricain, dont les propos ne laissĂšrent pas de dĂ©router ses concitoyens: « Il y a des choses que nous savons savoir. D’autres que nous savons ne pas savoir. C’est-Ă -dire que nous savons ne pas savoir pour le moment. Mais il y a aussi des choses que nous ne savons pas ne pas savoir. Des choses que nous ne savons pas que nous ne savons pas. » L’on se demande bien pourquoi! Reprenant les propos de celui avec qui il partage un amour immodĂ©rĂ© de la librairie, Mark Forsyth va dĂ©velopper cette thĂ©orie en prenant l’exemple des livres.
« Il existe trois types de livres: ceux que vous avez lus, ceux que vous savez n’avoir pas lus (comme Guerre et Paix), et les autres: les livres que vous ne savez pas ne pas connaĂźtre. » Pour ceux que vous savez n’avoir pas lu, Internet est d’un secours admirable. Mais pour les autres? Vous lancez une recherche, vous entrez les mots que vous avez dĂ©jĂ  Ă  l’esprit. Autrement dit « Internet prend vos dĂ©sirs et vous les recrache, consommĂ©s. » C’est donc ailleurs qu’il faut chercher ce qu’on ne sait pas savoir nous dit notre Ă©tymologiste distinguĂ©. Bien loin de ces algorithmes qui modĂ©lisent nos goĂ»ts et nos comportements. « Avec Internet, vous obtenez ce que vous saviez dĂ©jĂ  vouloir, mais rien de plus, jamais. »

Éloge de la librairie

Alors comment faire? S’en remettre au hasard, au vagabondage, Ă  ces signes qui souvent abondent et que nous ne savons plus voir. Ouvrir la porte d’une librairie et dĂ©couvrir le livre qui nous attendait, dont nous ignorions jusqu’alors l’existence et qui transformera peut-ĂȘtre la nĂŽtre. Eteindre notre ordinateur. « Aller dehors. Laisser entrer l’élĂ©ment chance. » Peut-ĂȘtre mĂȘme, comme le faisait dĂ©jĂ  les Grecs, pratiquer la bibliomancie, pratique consistant Ă  utiliser les livres pour prĂ©dire l’avenir.
Tout plutĂŽt que de rester confinĂ©s dans un monde oĂč chaque question a une rĂ©ponse et dont « la sĂ©duction a disparu » ainsi que le dĂ©plorait dĂ©jĂ  Joseph Conrad en 1899 dans « Au cƓur des tĂ©nĂšbres ». Éloge vibrant de la librairie, Incognita incongnita est un manuel de survie Ă  l’heure des « big data prĂ©dictifs« , aussi indispensable qu’irrĂ©sistible. La preuve qu’un autre monde existe dont Mark Forsyth nous donne ici les clĂ©s. Un monde Ă  l’érudition joyeuse dans lequel se perdre est parfois le meilleur moyen de se trouver.

Editions du Sonneur – 47 pages
PrĂ©face de Paul Vacca ‱ Traduction de Marie-NoĂ«l Rio
feuilleter les premiĂšres pages

â–ș Les lectures d’Alexandra
â–ș La critique littĂ©raire desmotsdeminuit.fr

â–ș Nous Ă©crire : desmotsdeminuit@francetv.fr
â–ș La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂȘtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications
â–ș @desmotsdeminuit