Sandra Laugier pour une philosophie des séries 📺 et Reza pour les rêves et dérives de l’Iran 🇮🇷 Mohammad Reza Shajarian pour la 🎼 #595

Question d'images...
0
3489

Et si les séries n’étaient pas le plaisir coupable décrit par certains . Et si Mad men, Breaking bad, Chernobyl, Le bureau des légendes étaient autrement formatrices d’un esprit critique et citoyen. Une philosophe accro à ces nouveaux récits de nos vies en démontre le démocratique usage… Par monts et par vaux, toujours, avec son appareil en bandoulière, toujours, le photographe iranien aligne une série de milliers de clichés qui dit une humanité abîmée ou résiliente, qui dit toujours un advenir pacifique.

Des mots de minuit, L’Émission du 5 décembre 2019 #595

Leurs mots de minuit : ordinaire et transmission
Conseil de lecture : Le sang du Mississippi, troisième tome de la trilogie de Greg Isles (Actes Sud)

Le CV de Sandra Laugier est long comme un jour sans pain et sa chaire est à la Sorbonne…
Un cours sur une philosophie de l’ordinaire du langage et de la vie… Plutôt qu’un plaisir de la théorie. Avec recherches sur la désobéissance civile ou la démocratie radicale. Ludwig Wittgenstein et Jacques Bouveresse en amers du chemin.
Et, et une addiction certaine, une attention toute particulière, un “care” dirait l’autre, pour les séries télévisées de l’ancien monde… Et de tous les supports du nouveau. De quoi faire de cette culture populaire un lieu de formation des citoyens. Elles sont pour Sandra Laugier, outils d’éducation, d’apprentissage politique et moral. De quoi déculpabiliser du plaisir de feuilletons toujours mieux scénarisés et filmés, remarquablement en prise avec nos réalités de temps incertains.

L’Iran à Dieu, à feu et à sang. La révolution incarnée à l’origine par l’imam Khomeiny n’en finit plus de produire ses effets et ses déceptions. Reza et Manoocher Deghati sont iraniens et photographes. Ils ont été forcés à l’exil. Ils nous donnent à voir aujourd’hui 7 ans de photos d’un basculement. De l’enthousiasme d’un peuple aux dérives d’une république islamique.

Jamais sans mon appareil.
Reza est une référence du photoreportage. Au Kurdistan… Du Rwanda à la Jordanie, de Catane à Avignon, de L’Afrique du sud à l’Afghanistan. Il y a immortalisé le commandant Massoud. Il enseigne l’image comme une langue universelle… documente le National geographic… s’investit dans l’humanitaire. Bref, un homme de paix!

Musique :

Mohammad Reza Shajarian est l’un des grands maîtres de la musique iranienne classique… Il a été également professeur à l’université de Téhéran. Retiré depuis 2016, il reste un défenseur du Radif (la musique soufie).

Des mots de minuit #595 
Réalisation : Quentin Herlemont
Montage : Pierre Loumel
Rédaction en chef: Rémy Roche
Coordination: Marie-Odile Regnier
Direction: Philippe Lefait
© desmotsdeminuit.fr

► Toutes les émissions …
► La vidéothèque Des mots de minuit

► nous écrire: desmotsdeminuit@francetv.fr
La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
@desmotsdeminuit