Michel Deville et Antoine Mesnier. Le cinéaste et le médecin. #503

0
114

A l’un l’élégance et le plaisir du jeu avec les mots. A l’autre, la gentillesse énergique et l’accueil toujours attentif de l’autre, souffrant ou pas. L’un a été cinéaste avant d’aller chercher dans le verbe l’occasion d’une poésie toute singulière. L’autre est bordelais. Il se définit comme “médecin de campagne à la ville”. Il arrive à cet homme de pleurer et la médecine est sa philosophie…

“LE DESENCHANTÉ
Il a des bleus partout à force de tomber
Amoureux fou des filles, légères, narquoises,
ou même collet monté, qu’il, dans la rue, croise
et qu’il n’a plus la force ou l’envie de tomber…”

Prends-moi    Michel Deville
cherche midi

“La maladie de Charcot, c’est la descente aux enfers, c’est la
mort par supplice. Ce sont tous les muscles qui se paralysent
un par un, sauf ceux des yeux. Le cerveau fonctionne jusqu’à
la fin, la mort est atroce et arrive au maximum en trois à quatre
ans.
Mon ami est là, devant moi, heureux, souriant, se demandant
sûrement si son copain qui lui caresse la main de façon atten-
drissante n’est pas en train de changer de sexualité, alors que
je viens de commencer un compte à rebours de fin de vie, de
fin de SA vie.”

Dr. Maison    Antoine Mesnier
Vents Salés.

Toutes les Émissions

La page facebook des mots de minuit, une suite…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit