Les primitifs du futur, c’est corresponDANSEstivale #02

0
133

C’est l’été. Toutes les rencontres, surtout les plus hasardeuses, sont possibles. Profitons-en. “corresponDANSE” revient brouiller les cartes.
Au début du début, on retrouve la fin, à moins que cela ne soit le contraire. Une musique millénaire des pygmées, et des corps de danseurs qui n’en sont plus. Des machines, sur une musique venue d’un monde sans technologie, voilà l’improbable rencontre.

corresponDANSE, vous connaissez?

Ce n’est pas un montage. Je ne monte pas mais j’enlève la bande son d’une chorégraphie et j’associe à cette danse une autre musique choisie dans ma mémoire de musicien.  
Je n’ajoute pas de plans.
Je ne triche pas.
Pour les marier, je ne change jamais les vitesses du son ou de l’image. J’organise juste une rencontre autre.

Et tout à coup ça marche!

Ça tient alors plus de l’alchimie et de la loterie que de la réalisation vidéo.
C’est la mise en scène d’une rencontre jamais pensée, entre ce que l’on voit et ce que l’on entend.
Tout autour du monde. Pour brouiller les pistes et pour voir.
C’est une aventure où la magie, l’humour et l’émerveillement sont convoqués et seuls comptent comme récompenses.
Et si, malgré nos chauvinismes, nos œillères, nos peurs de l’inconnu, nos habitudes culturelles, nous avions sous nos yeux l’évidence que tout autour du monde, nous avons tous la même manière de danser… différemment.
 
 

La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@desmotsdeminuit