đź“· Benjamin Hoffman: vers la disparition de la culture manouche?

0
184

Etonnant voyageur chez les gens du voyage, le photographe brise des clichĂ©s et s’interroge sur la pĂ©rennitĂ© de la culture manouche.

Pendant 3 ans, Benjamin Hoffman a parcouru les routes et campements manouches, efficacement introduit par Louis de Gouyon Matignon, un gadjo qui, très jeune a dĂ©couvert cette communautĂ© dont il est aujourd’hui un parte-parole.
Ce qu’il rapporte de cette immersion chez ces gens du voyage Ă©tonne. Par la qualitĂ© de ses images et de son regard, jamais intrusif, toujours Ă  la bonne distance, celle ici qui contribuerait Ă  casser des clichĂ©s sur ceux qu’on (“on est un con“) stigmatise comme “voleurs de poules” mais talentueux musiciens de jazz. Nous ne disposons pas de statistiques sur l’idenditĂ© des voleurs de poules, ce qu’il nous dit en revanche c’est que le jazz manouche se joue de moins en moins dans les campements: le christianisme Ă©vangĂ©lique galopant dans la communautĂ© proscrit les musiques paĂŻennes au profit des cantiques, les non-religieux prĂ©fèrent quant Ă  eux un top 50 international.
Car ce qui Ă©tonne aussi dans le travail du photographe c’est qu’il nous montre une culture en danger de disparition. Hoffman a choisi de se concentrer sur la jeune gĂ©nĂ©ration manouche, les 15-25 ans. Son constat, en images: les outils modernes, smartphones, facebook et autres applications sociales font leur Ĺ“uvre de nivellement et formatage d’une culture ancestrale. La communication immĂ©diate, universelle et anonyme est ici aussi dans son entreprise d’acculturation. En s’assimilant Ă  des canons modernes de modes vies, ces jeunes manouches font un pas vers un univers globalisĂ©, sans identitĂ©s.
Si l’observation frappe et interroge, elle n’empĂŞche pas de goĂ»ter aux instantanĂ©s saisis par Benjamin Hoffman, que sait-on vraiment de ce monde volontiers marginalisĂ© qui vit dans un ailleurs mais pourtant Ă  nos cĂ´tĂ©s?
C’est cet ailleurs dont il propose des images douces mais fortes sur une communautĂ© en devenir dans deux expositions et un livre.

 

Benjamin Hoffman – Testament manouche
ParisGalerie L’oiseau, 25 rue Beautreillis, jusqu’au 11 juin

RennesGalerie MDA, 6 cours des AlliĂ©s,  jusqu’au 30 juin.

 

Le livre, texte de Louis de Gouyon Matignon – Les Édtions de Juillet

> Le site de Benjamin Hoffman

Toutes les photos parlées

La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour ĂŞtre alertĂ© de toutes les nouvelles publications.