Rachid Taha (1958-2018): “Je me suis nourri de Jean Genet”:

0
76

Rachid Taha était un “algérien d’origine algérienne” de Sig, près d’Oran qui a vécu, ado, à Sainte-Marie-aux-mines et, adulte, aux Lilas. Membre de l’internationale des “écorchés vifs”, il a participé à la marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983 avec ses trois compères de Carte de séjour, son premier groupe, génération 80. Il fut radical et anti Pasqua; métis dans les ponts culturels qu’il imaginait entre là-bas et ici, entre Orient et Occident et vice versa; réjouissant – collectif ou en solo – dans sa musique feu d’artifice nourrie de raï, de chaâbi, de techno, de rock et de punk. Un mélangeur à lui tout seul! D’ailleurs il avait revisité Douce France de Trenet et joue dans ces mots de minuit avec son personnage cinématographique de Frank Sinatra reubeu. Comme dirait l’autre: Ya Rayah! ou 1,2, 3, soleils. 
En 2013, il signe Zoom et chante sur le plateau avec notamment comme musicien et ami Rodolphe Burger. Avant sa crise de cœur, un album était en chantier. Il aurait dû être titré: Je suis africain. 

Des mots de minuit. Extrait de l’émission #496 du 22 mai 2013 

Réalisation : Pierre Desfons

Rédaction en chef : Rémy Roche

Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait



Rachid Taha y était reçu avec l’écrivain et physicien Cristophe Galfard, le chef Jean-François Piège, le maraîcher Joël Thiebault