Nan Aurousseau, écrivain devenu après les barreaux…

0
137

“Tripalium” interroge le rapport au travail. Rencontre avec celui qui est devenu écrivain… en prison.

Issu d’une famille modeste, il n’y avait pas de livres chez lui. Pourtant, tout gosse, il s’amuse à écrire des petites pièces de théâtre. La suite est moins sympathique. Dans son quartier, le 20ème arrondissement de Paris, Nan Aurousseau côtoie des petits voyous, puis des gens du milieu avec qui il se lance dans des braquages. Il est arrêté alors qu’il n’a que 18 ans, la cour d’Assises l’envoie pour 6 ans en prison.
En centrale, un éducateur l’engage à reprendre des études, lui fait découvrir la poésie et la littérature. Une révélation, un sauvetage.
A sa sortie de prison, il rencontre Marie Laborde, écrivaine et éditrice. C’est une histoire d’amour qui démarre, celle aussi d’un auteur à succès. Elle le conseille et l’encourage. Il écrit des scénarios de films, il en tournera quelques-uns lui-même.

J’écris pas bien, j’essaye de bien écrire, point-barre!

Ainsi Nan Aurousseau parle-t-il de son travail d’écrivain. A ceux qui lui demandent quelle est sa recette, il ajoute : “100% de transpiration, 1% d’inspiration!” Isolé dans son bureau, 5 pages tous les matins, tous les jours.
Ses héros sont des gens simples, comme lui, qui baignent dans le fait divers, comme il l’a été, la plupart d’entre eux sont de “petits prédateurs de proximité“, pas comme lui mais dont il semble si bien comprendre les ressorts, ceux du genre humain?
Une douzaine de romans à l’actif de Nan Aurousseau, dont le dernier, Les Amochés (Buchet-Chastel) vient de recevoir le prix Claude Chabrol.

 
 Tous les Tripalium


► desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.



► @desmotsdeminuit