Françoise T.: l’enlèvement de Louise…

0
88

Au début du XX ème siècle,une jeune fille de vingt ans, Louise, ma grand-mère née à Guingamp, rencontre un très bel homme de trente ans.
Il s’appelle Henri, parisien, il parle trois langues et est issu d’une bonne famille.
Il enlève pratiquement ma grand-mère et l’épouse. Les jeunes mariés partent pour Paris.
Louise, nullement dépaysée, s’acclimate très vite à la vie de la capitale. Elle est coquette et étudie les habitudes parisiennes. Par exemple, lorsqu’elle sort le soir, dans son petit sac élégant, elle met une petite bourse en argent avec quelques louis d’or et surtout une petite fiole de jolie couleur bleu foncé et argent, de forme originale contenant du parfum.
A cette époque, les femmes aimaient se remettre discrètement du parfum à l’oreille pour rafraîchir et distiller quelques effluves.
Cent ans plus tard, cet objet très distingué se retrouve sur une petite table ancienne chez sa petite fille, moi.

Françoise T. – Paris 2019, mars 2019.

 

© “Le Laboratoire de Lumière” – 2018

 Mémoire d’objets, la collection


► La collection “Photo parlée”

 

 nous écrire: desmotsdeminuit@francetv.fr


► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.
 

► @desmotsdeminuit