DMDM #411 : “L’Outremer, ce qui dérange l’enfermement dans des idées closes!”

0
30

Des mots de minuit N°411 du 23 mars 2011.



Réalisation : Pierre Desfons

Rédaction en chef : Rémy Roche

Production : Thérèse Lombard et Philippe Lefait

Journalistes : Sophie Joubert, Lorenzo Ciavarini Azzi

©desmotsdeminuit.fr/France2

“Ce ne sont pas des paysages, ce sont des pays
 Ce ne sont pas des populations, ce sont des peuples.”
  Aimé Césaire

 

<!– migrated from Drupal [[asset:image:235843 {"mode":"in_body","align":"none","field_asset_description":["Daniel Maximin"]}]]

 Le poète est commissaire de l’exposition “2011, Année des Outremers”. “Désirade” est son mot de minuit.  

[[asset:image:235847 {“mode”:”in_body”,”align”:”none”,”field_asset_description”:[“Jou0026euml;l Pommerat”]}]]

Le dramaturge et metteur en scène évoque sa dernière mise en scène, “Ma chambre froide”, au théâtre de l’Odéon. A cette heure-là, “dormir” est son mot parce qu’il “aime quand il peut dormir à cette heure-là!”

[[asset:image:235851 {“mode”:”in_body”,”align”:”none”,”field_asset_description”:[“David Grimal”]}]]

Le violoniste pour un album intitulé “David Grimal et Les Dissonances – Les Quatre Saisons Piazzola. Vivaldi”. Très engagé dans le social, musicien dès 5 ans, Grimal retient l’expression : “Voyons voir!” 

[[asset:image:235853 {“mode”:”in_body”,”align”:”none”,”field_asset_description”:[“Matti Ru0026ouml;nku0026auml;, u0026eacute;crivain”]}]] –>

Matti Rönka  pour “Frontière blanche”, polar du nord. Mot de minuit : “N’aies pas peur!”

Note de l’éditeur (Editions de l’Archipel) : “Ancien agent du KGB, Viktor Kärppä a quitté sa Russie natale pour la Finlande afin de fuir son passé. À Helsinki, où il a ouvert une agence de détective privé, il rend divers services à des trafiquants locaux, traversant souvent la frontière pour passer en douce des documents ou prendre livraison d’alcool ou de cigarettes.

Lorsque Aarne Larsson, marchand de livres anciens et nostalgique du nazisme, lui demande de retrouver sa femme Sirje, qui a mystérieusement disparu, Viktor pense qu’il s’agit là d’une simple affaire de routine… Or, bien vite, il découvre que Sirje est la soeur d’un baron de la drogue, l’Estonien Jaak Lillepuu.

Et l’enquête de Viktor semble soudain intéresser beaucoup de monde, trop à son goût : un inspecteur de la police d’Helsinki, à qui il donne parfois des tuyaux, ses anciens « camarades » du KGB et Jaak Lillepuu en personne. Un jour, ce dernier disparaisse à son tour… ”Matti Rönkä n’explique rien. Il raconte. Avec son style sec et nerveux, Matti Rönkä donne une nouvelle couleur, une nouvelle dimension au polar nordique.”

 

David Grimal en son site…  

accès à la vidéothèque…

La page facebook des mots de minuit…  Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

@DesMotsDeMinuit